Catégories
Analyser les résultats

Comment les statistiques d’emailing peuvent vous aider à comprendre vos résultats ?

Retenir quatre indicateurs clés de performance essentiels dans les statistiques d’emailing

Les statistiques d’emailing sont généralement mises à disposition par la solution d’email marketing choisie.
Elles se trouvent dans l’interface utilisateur au niveau de la campagne et souvent dans une section qui rassemble l’ensemble des données des campagnes. Pour aller droit au but il faut retenir quatre statistiques. Quatre indicateurs clés de performance permettent de mesurer l’efficacité d’une campagne d’emailing:

  • le taux de délivrabilité
  • le taux d’ouverture
  • le taux de clics
  • le taux de conversion

Les trois premiers KPIs ci-dessus se retrouvent toujours dans l’interface de la solution d’email marketing choisie. Le taux de conversion lui pourra se mesurer avec un outil de tracking comme Google Analytics. Le paramétrage manuel des paramètres d’URL peut être nécessaire dans certains cas. Les UTM utilisés par Google Analytics permettent de retrouver la source, le support et le nom de la campagne qui a généré des visites et des conversions.

Ces KPIs permettent d’identifier les problèmes et de trouver les solutions pour améliorer l’efficacité d’une campagne emailing à chaque étape : envoi -> réception -> ouverture -> clic -> conversion.

Le taux de délivrabilité

Le taux de délivrabilité indique combien de mails sont arrivés à destination sur l’ensemble des mails envoyés. L’étude de ce taux de délivrabilité par le service de messagerie, par exemple, peut permettre d’identifier si l’expéditeur a été mis sur une liste noire. Pour mieux comprendre le taux de délivrabilité, il faut garder en tête que les services de messagerie peuvent retourner des bounces c’est-à-dire des erreurs provoquées notamment par des boîtes mails qui n’existent pas ou n’existent plus, des boites mails temporairement inaccessibles ou des boîtes mails pleines. Le taux de délivrabilité doit être proche de 100%, il est essentiellement conditionné par la qualité de la liste de destinataires. Celle-ci doit idéalement être opt-in et régulièrement sollicitée avec des contenus à forte valeur ajoutée.

Le taux d’ouverture

Le taux d’ouverture, c’est-à-dire le nombre de mails ouverts sur le nombre de mails délivrés, est conditionné par 3 éléments : l’expéditeur, l’objet et les premiers mots du mail. Si les mails envoyés ne sont même pas ouverts, il faut travailler sur ces 3 éléments. L’expéditeur aura plus d’impact si c’est une personne que si c’est un service (préférer Marie Dupont <marie.dupont@entreprise.com> à Service Marketing <marketing@entreprise.com> par exemple). L’objet du mail doit être accrocheur sans être racoleur, il s’agit de faire une promesse qui devra être précisée dans le contenu du mail puis tenue sur la page d’atterrissage suite au clic sur le bouton d’action situé dans le mail. Les premiers mots du mail servent également à compléter l’objet.

Le taux de clics

Comme son nom l’indique, c’est le nombre de clics ayant eu lieu sur un bouton d’action disponible (sur le nombre de fois où celui-ci s’est affiché). Le taux de clics est variable suivant les secteurs d’activité mais en général, on prévoit qu’un tiers des destinataires cliquent sur le bouton d’action situé dans le mail.

Le taux de conversion

Ce taux représente le nombre d’individus qui ont réalisé l’action marketing prévue pour la campagne emailing. Il s’agit ensuite de tenir la promesse faite dans l’emailing pour aboutir à un taux de conversion correct. Si une promotion de -50% sur un produit a été promise dans l’email et que la promotion n’est que de -15% sur la page d’atterrissage, le taux de conversion sera très bas (voir nul bien sûr).

Conclusion

Pour résumer : il faut garantir aux campagnes d’emailing un taux de délivrabilité proche de 100% ; le travail sur les éléments favorisants l’ouverture est fondamental ; il faut tenir sa promesse !

Auteur invité : Nicolas Boiteux

Mots recherchés pour arriver sur cette page :

  • résultats de E-mail
  • taux douverture emailing à combien doit il etre
Catégories
Analyser les résultats

Comprendre les 5 Grandes Statistiques Emailing de Base

Dans cet article, vous découvrirez les 5 données statistiques que vous devez connaître à tout prix en emailing. 

Elles vous permettent notamment d’analyser la réussite ou non de vos campagnes et de vous fixer des objectifs concrets.

Vous allez apprendre à quoi correspondent ces statistiques, comment les interpréter et comment définir des objectifs pour que vos campagnes deviennent rentables. Notez qu’il est capital d’utiliser une solution d’emailing professionnelle pour avoir accès à ce type de données.

Taux d’ouverture

C’est la donnée que vous regarderez en premier, par réflex.

En effet, le taux d’ouverture donne une bonne appréciation générale de la réussite de votre campagne. Il correspond tout simplement au nombre d’emails ouverts parmi les emails envoyés, en pourcentage.

On parle de taux d’ouverture unique et de taux d’ouverture cumulé.

Le taux d’ouverture unique équivaut au nombre d’individus ayant ouvert votre email, peu importe combien de fois ils l’ont ouvert.

Le taux d’ouverture cumulé correspond au cumul de toutes les ouvertures, même celles cumulées par le même destinataire.

Bien entendu, le taux d’ouverture cumulé sera presque toujours supérieur au taux unique. Pourtant, c’est bien le taux unique que vous devez regarder. C’est lui qui vous donnera une estimation réelle de l’intérêt qu’a suscité votre objet.

Objectif : essayez de viser les 20% en taux unique.

Astuce : une base de destinataires qualifiée est la base d’un bon taux d’ouverture. Travaillez vos objets pour l’améliorer !

Taux de clics

Ce taux correspond au nombre de fois où vos destinataires ont cliqué sur un lien ou un bouton contenu dans votre email.

Un bon taux de clics est synonyme que votre campagne a fonctionné et que vous avez su être convainquant.

Car le but d’un emailing est avant tout de faire cliquer vos destinataires pour qu’ils se rendent sur votre site.

Un bon taux de clic est souvent annonciateur d’une bonne rentabilité… A condition que votre landing page soit efficace !

Objectif : plus de 3%.

Astuce : créez des boutons originaux et employez des verbes d’action très directs et explicites pour convaincre vos lecteurs de cliquer.

Taux de réactivité

Le taux de réactivité est un peu la conclusion des statistiques précédentes.

Il mesure le nombre de clics par rapport au nombre d’ouvertures de votre email.

Cela vous donne une idée de la qualité de votre emailing, objet comme contenu. Un taux élevé signifie que vous maîtrisez à la fois l’art de la rédaction, de la mise en page et du design.

Objectif : environ 20%.

Astuce : respectez la promesse de votre objet dans votre email. Si vous proposez un objet attrayant mais que votre email ne l’est pas ou qu’il n’y a pas de bouton d’action, vos emails perdront en intérêt.

Taux de désabonnement

Bien entendu, ce taux vous indique le pourcentage de vos destinataires qui se sont désabonné suite à votre envoi.

Vous vous en doutez, votre objectif sera d’obtenir un taux de désabonnement le plus bas possible.

Si celui-ci est trop élevé, cela pourrait avoir des répercussions sur votre réputation d’expéditeur.

Objectif : moins de 0,7%.

Astuce : nettoyez votre base de données régulièrement et retirer les désinscrits de vos listes après chaque envoi.

Taux de NPAI

Il s’agit du nombre d’email qui n’ont pas pu être remis au destinataire.

Il peut y avoir plusieurs raisons à cela :

  • Soft bounces : il s’agit d’erreurs temporaires liées à la boîte de réception du destinataire (par exemple une boîte pleine). Rien d’inquiétant.
  • Hard bounces : c’est une erreur dite « définitive ». L’adresse email du destinataire est probablement erronée ou inactive.

Les hard bounces peuvent engendrer des problèmes de délivrabilité dans le futur et nuire gravement à la réputation du serveur d’expédition.

Objectif : moins de 5%.

Astuce : une fois encore, veillez à nettoyer votre base de données régulièrement pour supprimer les adresses qui posent problème.

Mots recherchés pour arriver sur cette page :

  • statistiques mailing outlook
  • taux de réussite dune campagne courrier
Catégories
Créer un emailing

5 conseils pour des boutons d’action qui convertissent

Améliorer vos CTACe sont bien souvent les détails qui font la différence entre un bon emailing et… un emailing rentable ! Si l’objet, le pré-header, le contenu, le design, la personnalisation et le ciblage sont capitaux, les call-to-actions sont en quelque sorte l’élément qui amènera votre destinataire sur votre site web… ou pas !

Une petite définition ? Le Call-to-action, ou bouton d’appel à l’action, est un bouton présent sur un site, un blog ou dans notre cas, dans le corps d’un email, cherchant à inciter le lecteur à cliquer pour effectuer une action. Sauf que pour qu’un bouton soit efficace, il doit remplir certaines conditions…

Afin d’améliorer l’expérience utilisateur, les appels à l’action font l’objet d’une véritable réflexion stratégique : où doit-on les placer ? Sous quelle forme ?

 

Utiliser les bons mots

Déjà, la base d’un call-to-action c’est sa capacité à donner envie au lecteur de cliquer. Il doit implicitement guider son parcours dans l’email. Mais pour être convaincant, vous ne devez pas laisser le choix au lecteur : soyez impératif.

Utilisez alors des verbes d’actions pour forcer un peu la main. Le classique « Cliquez-ici » est efficace par exemple. Mais le contexte du call-to-action est tout aussi important : le lecteur doit savoir ce qui l’attend lorsqu’il cliquera. L’offre doit donc être explicite, pas de mauvaise surprise.

Choisissez un verbe qui définit avec précision l’action que va permettre votre call-to-action : « Essayez maintenant », « Profitez de l’offre », « Inscrivez-vous gratuitement »…

N’hésitez pas également à donner au lecteur un sentiment d’urgence dans le cas d’une offre éphémère. Rappelez-lui que c’est le moment ou jamais pour cliquer et profiter de votre offre : « Réservez vite ! »

Enfin, n’hésitez pas à sortir un peu des sentiers battus en tentant l’originalité. Si un banal « Cliquez-ici » est généralement plutôt efficace, n’hésitez pas à être plus précis et à apporter une touche d’audace dans vos propos. Nous avions par ailleurs déjà rédigé un article pour vous aider à améliorer la créativité de vos CTA.

Les notions de gratuité ou de périodes d’essai sont également des termes attrayant et rapportant beaucoup de clics.

SURTOUT NE PAS CLIQUER

 

Changez de perspective

Plutôt que de parler à l’impératif, certains préfèrent opter pour la conjugaison des verbes d’action à la première personne. Une technique empathique qui vous met à la place de votre destinataire et vous fait parler pour lui.

Des CTA comme « Je m’abonne », « Je craque » ou « J’en profite » permettent de vous faire prendre part à la décision finale de votre lecteur. Cliquera, cliquera pas ? Faites le premier pas et augmentez vos chances de conclure…

JE CLIQUE Par pure curiosité...

 

Un design attractif et contrasté

Même si le titre de ce paragraphe dit déjà presque tout, il y a quelques règles de base à respecter pour que votre call-to-actioUn clic = un chaton sauvén soit le plus efficace possible.

Esthétiquement, il doit être agréable à regarder et ne pas trancher avec l’aspect général de votre email ou avec votre propre charte graphique. Essayez aussi de suivre les tendances en matière de design pour vous adapter à ce qu’il se fait d’ordinaire. En ce moment, le Flat Design est à l’honneur. Simplicité et sobriété sont les maîtres mots du design d’aujourd’hui.

S’il ne doit pas « trancher » avec le reste de l’email, il doit néanmoins faire contraste avec la couleur de fond. Utilisez une couleur flash qui attire l’œil du lecteur directement sur le call-to-action et donnez-lui une forme moderne.

 

Taille et positionnement

La taille de votre call-to-action doit être bien dosée : pas trop petite car il passerait inaperçu, mais pas trop grande pour ne pas paraître trop agressif envers le destinataire. Mais s’il ne faut pas qu’elle prenne toute la largeur de votre email, l’idée est qu’il soit bien visible et ce, du premier coup d’œil. C’est pour cela que son positionnement dans l’email compte énormément. Il doit se trouver au-dessous ou à droite de l’offre énoncée, soit, juste après.

On peut envisager également plusieurs call-to-action dans le même email mais rédigés de manières différentes et placés stratégiquement : si votre lecteur est obligé de scroller vers le bas pour voir l’ensemble de votre email, n’hésitez pas à placer un second CTA vers la fin. Cela lui rappellera votre offre et en maximisera l’impact.

DECOUVREZ LE SENS DE LA VIE

La landing page

N’oubliez pas que le but d’un call-to-action est de créer du trafic sur votre site web et de vendre. Pour cela, il est primordial de rediriger votre CTA vers LA bonne page de votre site. Soit directement sur un panier pré-rempli lorsqu’il s’agit d’une commande, soit sur un formulaire d’inscription très court, etc… Le contenu de la page en question doit correspondre exactement à l’attente du lecteur.

Il faut qu’un minimum de clics sépare votre bouton de l’action finale souhaitée. Le visiteur ne doit pas avoir à chercher sur votre site le moyen de profiter réellement de votre offre. Vous proposez un code promo pour une réduction sur la commande ? En cliquant sur votre bouton, le client doit se retrouver avec un panier déjà rempli, le code promo déjà rempli et la réduction déjà appliquée !

Moins le visiteur aura d’étapes à franchir, moins vous risquerez de le perdre. Vous devez bien considérer le fait qu’il ait déjà vu votre email, qu’il l’ait ouvert, qu’il ait lu son contenu et qu’il ait cliqué sur un lien. C’est probablement un très faible pourcentage de l’ensemble de votre base de destinataires. Si le prospect en est arrivé là, c’est qu’il présente un véritable intérêt pour vous et ce que vous proposez. Ce serait trop dommage de le perdre maintenant !

Alors une landing page dédiée, adaptée et ergonomique vous permettra de conserver les visiteurs de votre site et d’augmenter vos chances de transformer la visite.

 

Bonus : quelques exemples supplémentaires

Afin d’illustrer ces super-conseils, voici quelques exemples :

  • « You should follow me » 

Des blogueurs tel que le webdesigner Dustin Curtis, ont expérimenté différentes formulations afin d’engager davantage de followers sur leur compte Twitter.

En modifiant le classique « Follow me on twitter » (Suivez-moi sur Twitter) par « You should follow me on Twitter » (Vous devriez me suivre sur Twitter), une tournure de phrase pouvant vous sembler très similaire à la première, Dustin a vu son taux de clic grimper de 4,70% à 12,81% !

  • « Learn what’s new » 

La formulation de l’appel à l’action « Learn what’s new » (Découvrez les dernières actualités) s’opposant à la formule traditionnelle impérative « Subscribe to our newsletter » (Abonnez-vous à notre newsletter) est écrite de manière à attiser la curiosité des internautes et orienter leur intérêt pour engendrer l’action.

Au même titre, en utilisant « See how Bob can help you increase your business » (Découvrez comment Bob peut vous aider à développer votre activité), le consultant Bob Phibbs exprime à ses abonnés les avantages qui leur sont réservés. 

  • « Take me there »

Booking.com joue la carte de l’originalité pour ses call-to-action et nous fait voyager en remplaçant le classique bouton « Book now » (Réserver maintenant) par « Take me there » (Emmenez-moi là-bas). De la même manière, le célèbre site de réservation d’hôtels en ligne nous invite à « être la première personne informée » en nous abonnant à la newsletter.

  • « Je craque »

formuleSi vous aussi, le concept du packaging minimaliste et haut en couleur de Monoprix vous emballe, sachez que vous avez tout autant à apprendre de leur manière de guider leurs abonnés à l’action. En effet, dans ses emailings Monoprix a troqué le classique « Acheter » par une formule plus évocatrice « Je craque ».

Il en va de même pour ses jeux concours, dont voici deux visuels :

 

17791_10151293658816455_1252389007_njejoue

Quel est l’appel à l’action qui vous pousserait davantage à jouer ?


En résumé, vos call-to-action doivent être pensés du début à la fin. Le fond comme la forme sont à travailler, et l’aval de tout ça doit être adapté à votre promesse. Un call-to-action bien pensé peut être un atout redoutable pour doper vos conversions… N’hésitez pas également à réaliser des A/B Tests avec différents CTA pour voir ce qui plaît le plus à votre audience ! 

Mots recherchés pour arriver sur cette page :

  • emailing call to action nudge
  • puce bouton action email
Catégories
Se perfectionner

7 types d’images pour améliorer votre taux de clics

visuUne image vaut mieux que mille mots, bien sûr l’image doit être utilisée correctement et correspondre au message. Pour vous aider à utiliser des images génériques, nous vous listons les 7 types d’images.

 

La question que vous devez vous poser : « Comment puis-je illustrer simplement mon message ? ». L’image doit créer l’appel.

 

Les tableaux et les graphiques

Les statistiques ou rapports de données sont difficilement lisibles sous forme de texte, ceux-ci peuvent être intégrés en image sous forme d’infographie, compréhensible en un seul coup d’œil. Plusieurs outils vous permettent de créer facilement des illustrations graphiques pour vos prochaines campagnes emailing :

  • Infogr.am permet de créer en ligne des graphiques et infographies interactifs. A partir de quelques thèmes, l’outil permet d’ajouter des graphiques, cartes, textes, photos et vidéos.
  • Easel.ly propose gratuitement des thèmes qui pourront servir de base pour créer votre propre infographie.
  • Piktochart offre également la possibilité de créer facilement des infographies.

 

Les captures d’écran

L’utilisation de captures d’écran dans votre emailing peut être un excellent moyen de mettre en avant de nouvelles fonctionnalités d’un produit. En plus d’expliquer simplement l’utilisation de votre application, un aperçu permet de visualiser facilement les plus produits.

SB

 

Les images personnelles

Parfois les images de votre produit ou de votre entreprise suffisent à illustrer le produit ou le message aux destinataires. Dans ce cas, n’ayez pas peur de prendre une photo vous-même et de l’inclure dans votre campagne emailing. La photo sera d’autant plus réaliste qu’elle répondra à votre besoin précis, elle sera orientée et présentée selon votre envie.
Vous pouvez selon votre envie retoucher l’image, sa luminosité ou ses couleurs grâce aux filtres disponibles sur différentes applications.
A votre appareil photo ou votre smartphone !

 

Les stocks de photographies

L’utilisation d’une image directement dans l’email peut créer une réaction émotionnelle représentant votre produit ou vos services, et peut-être convaincre vos destinataires de cliquer. Les photos de nourriture mettront en appétit les destinataires et les inciteront à réserver une table dans un restaurant ou tout simplement à accéder à une recette de cuisine. Alors que les photographies de paysages illustreront parfaitement les destinataires d’une compagnie de voyages.
Où trouver les meilleures photographies :

Locasun

 

Les images personnalisées

Si vous ne trouvez pas l’image parfaite pour votre campagne email, parfois la meilleure solution est de créer son propre visuel. Pour cela, soit vous maîtriser le logiciel Photoshop pour adapter et personnaliser des photos existantes, soit vous utilisez un outil à portée de main pour obtenir votre message et créer le désir de cliquer chez le destinataire.

  • Canva permet de créer rapidement des images de toute pièce ou à partir de mises en page déjà proposées.

VeryChic

 

 Les BD

L’utilisation d’un visuel bande dessinée donne une image sympathique et une émotion à votre message. Que ce soit un clin d’œil, un sourire ou un souvenir nostalgique, ce type d’illustration peut amuser vos destinataires, mais ces visuels sont à utiliser à bon escient et dans un contexte humoristique.

  • WebDonuts archive de la bande dessinée. Vous trouverez peut-être une illustration pour compléter votre message.

 

Les icônes

Les emailings comprenant trop d’images peuvent être un peu écrasante, les icônes permettent d’exprimer ou illustrer un avantage ou un plus produit. Il est courant de croiser des icônes pour illustrer les principales caractéristiques d’un produit

 

Finissons avec un exemple d’email créé avec Sarbacane dans lequel on utilise une image libre de droits en la personnalisant, une capture d’écran et des icônes :

screencapture-blog-sarbacane-com-campagnes-2015-01-21

 

L’utilisation de ces différents types d’images en supplément de votre message texte accrochera le regard et l’attention de vos destinataires pour vous apporter plus de clics et un meilleur retour de vos campagnes emailing.

 

Source : https://www.campaignmonitor.com/blog/post/4407/images-improve-email-clickthrough-rate
Catégories
Analyser les résultats

Taux de conversion, taux de clic, etc, comment les interpréter ?

Il existe un certain nombre d’indicateurs dans l’emailing qui servent à juger de l’efficacité d’une campagne.

Nous allons ici nous pencher sur les plus importants, et voir ce qu’ils signifient pour pouvoir en tirer les leçons qui vous permettront d’améliorer l’efficacité de votre campagne.

A la base de tout : le taux d’ouverture

Ce taux est à la base de tout car, vous l’aurez bien compris : si le destinataire n’ouvre pas l’email, comment pourrait-il aller plus loin ? C’est pourquoi ce taux est extrêmement important. Pour le lire rien de plus simple : il s’agit du nombre d’email ouvert sur 100 emails envoyés.

A titre indicatif, on estime le taux moyen d’ouverture en B to C à 25%. Donc si vous atteignez ce pourcentage, vous serez alors dans la moyenne, ce qui constitue un départ correct. Mais il existe des campagnes connaissant un taux de 77%, ce que l’on peut appeler le Graal de l’emailing. Bien sûr ce taux est exceptionnel, mais au vu de ces chiffres, on peut estimer que votre taux d’ouverture est bon à partir de 50%.

Dans le cas où votre taux d’ouverture est faible, cela peut s’expliquer de plusieurs façons. Tout d’abord, revoyez l’objet de votre message pour qu’il soit clair et concis. Ensuite, vérifier votre délivrabilité : les destinataires n’ouvriront pas votre message si ce dernier est considéré comme un spam. Enfin, vérifiez que vous, expéditeur, soyez clairement identifiable.

Le taux de clic, gage de qualité

Ce taux indique quels liens a été cliqué ou non. La moyenne du taux de clic est plutôt de 14%, et peut beaucoup varier d’une campagne à l’autre. Le clic est un élément essentiel car il crée du trafic sur votre site et est indispensable pour convertir un prospect en client.

Un taux de clic élevé traduit un contenu de qualité qui répond aux attentes du destinataire. Ça veut dire que le destinataire est séduit, intéressé, qu’il souhaite plus d’information ou, qui sait, qu’il souhaite acheter. Si jamais ce taux est faible, cela traduit un email peu intéressant, mal présenté, ou pas en accord avec l’objet.

Il est important d’avoir un bon équilibre image/texte pour rendre le message visuellement attrayant. De plus, ces images doivent être cliquables car les internautes cliquent plus facilement sur ces dernières. Enfin, le contenu des textes doit être de qualité et correspondre à ce qu’aime et attend le destinataire. Cliquez ici pour plus de détails.

Le taux de conversion, ou la base de votre ROI

Le taux de conversion indique le nombre d’email qui ont provoqué un achat. C’est un taux extrêmement important puisqu’il est l’objet même de votre campagne la plupart du temps. La moyenne de ce taux est de 4%, et il ne tient pas qu’à la qualité de votre email.

En effet pour obtenir une conversion, votre site doit avoir la même qualité (élevé) que votre email. Si jamais ce taux est faible, c’est que la navigation de votre site est trop difficile, que la sécurité du payement n’est pas rassurante, ou encore qu’il y ait un manque d’information.  Veillez donc à ce que l’internaute ne soit pas dérouté de passer de l’email au site.

Catégories
Se perfectionner

Comment augmenter le taux de clic dans mes campagnes d’emailing ?

augmenter taux de clicPour augmenter le taux de clic, il n’y a pas de secret : qualification, qualité de contenu et graphisme sont les maîtres mots.

 

La qualification, clé du succès

Nous ne le dirons jamais assez : qualifiez vos listes de destinataires. Ainsi, vous pourrez évaluer rapidement ce que vous devez envoyer, et à qui vous devez l’envoyer.

Envoyer du contenu qui n’intéresse pas vos destinataires ne servira qu’à deux choses : augmenter le taux de désinscription, et détériorer votre réputation.

De plus, ceux qui resteront abonné finirons par ne plus attendre vos newsletters, et pourraient bien arrêter d’ouvrir vos emails.

Alors que si vous envoyez du contenu pertinent, c’est-à-dire qui correspond à vos destinataires, le taux de clic augmentera ainsi que votre réputation.

Il est préférable d’envoyer 1000 emails bien ciblés que 10 000 emails qui n’intéressent pas grand mode.

Il existe différentes techniques pour qualifier une base de destinataires que nous détaillons dans un autre article.

 

Mais pas avec n’importe quel contenu

La qualité de contenu va de pair avec la qualification. Ici, il s’agit surtout de créer et de proposer  un contenu qui, non seulement correspond à vos destinataires, mais qui en plus est de qualité supérieur.

Car ce n’est pas tout d’envoyer du contenu qui intéresse vos lecteurs, mais il faut savoir lui donner la consistance et la présentation adéquate.

Des textes travaillés, des images de qualités, et du contenu innovant. Voilà qui captivera l’attention de vos destinataires.

C’est du contenu de qualité, travaillé et soigné qui donneront envie à vos destinataires d’ouvrir vos nouveaux emails, de les parcourir, et de leurs donner envie de lire le prochain email.

 

Et avec un bel emballage !

Enfin, la qualité graphique de votre email doit être élevée.

Ainsi, nous recommandons fortement l’utilisation du HTML dans la création de votre newsletter.

Ce dernier offre l’avantage de donner à votre email une qualité graphique égale aux sites web, mais aussi et surtout de vous permettre d’utiliser la charte graphique de votre propre site.

Ainsi vous pourrez obtenir un email beau tout en habituant vos destinataires à l’allure de votre site, le mettant en confiance, et le rassurant lorsqu’il aura cliqué sur l’un de vos liens.

De plus vous pourrez insérer des liens au niveau des images de votre email, et même au niveau de votre logo, que vous devrez bien sûr intégrer en haut de votre message.

 

Et si je ne sais pas faire tout ça ?

Pas de panique ! Il existe de nombreuses solutions à des tarifs très variés.

Ainsi vous pouvez facilement faire appel à des extérieurs comme des graphistes qui sauront habiller vos emails, ou créer un Template réutilisable.

Des logiciels pourront également vous simplifier la tâche comme par exemple Sarbacane 3.

Enfin, n’importe quel bon marketeur saura vous créer un contenu de qualité, en fonction du ciblage de vos clients et prospects.