Par
Auteur spécialiste de l'emailing et des solutions d'envoi de mail plus généralement.

Google va tester la fin des cookies tiers en 2024 : ce que ça va changer pour vous

Google va tester la fin des cookies tiers en 2024

Depuis plusieurs années, les discussions autour de la protection de la vie privée et du suivi des activités en ligne sont devenues incontournables. Dans ce contexte, Google s’apprête à franchir une nouvelle étape en testant dès le 4 janvier 2024 la suppression des cookies tiers sur son navigateur Chrome. Zoom sur cette annonce et ses conséquences sur l’ensemble de l’écosystème digital.

Une fonctionnalité déjà proposée par d’autres navigateurs

Firefox et Safari ont déjà mis en place des solutions anti-tracking depuis près de quatre ans. Ainsi, les utilisateurs de ces navigateurs peuvent déjà bénéficier d’une protection accrue contre le pistage lorsqu’ils naviguent d’un site à un autre. Google Chrome arrive donc “tardivement” dans ce domaine, mais compte bien rattraper son retard avec sa nouvelle initiative Privacy Sandbox.

Le cas de Firefox

  • Mozilla Firefox propose depuis plusieurs années des outils pour bloquer les traqueurs de publicité et protéger la vie privée des internautes.
  • Les options de confidentialité avancées offrent la possibilité de choisir entre différents niveaux de protection.

La proposition de Safari

  • De son côté, le navigateur d’Apple a également intégré un système de prévention du pistage intelligent.
  • Safari empêche ainsi les traqueurs de suivre l’activité des utilisateurs et bloque automatiquement les cookies tiers.

Comment cela va-t-il se dérouler pour les utilisateurs de Chrome ?

Google a annoncé que cette nouvelle fonctionnalité, baptisée “Tracking Protection”, serait testée auprès d’1 % des utilisateurs de Chrome à travers le monde dès le 4 janvier. Les participants seront sélectionnés de manière aléatoire et recevront une notification pour les informer du changement. Cette protection contre le suivi intersite limitera par défaut l’accès des sites web aux cookies tiers.

Suite à ce test, il est prévu que la suppression des cookies tiers soit effective pour tous les utilisateurs au second semestre 2024, sous réserve de la résolution d’éventuelles problèmes liés aux lois antitrust britanniques.

Pourquoi la fin des cookies tiers ?

Les cookies tiers ont été créés il y a près de trois décennies et font désormais partie intégrante de l’expérience Internet. S’ils peuvent être utiles pour suivre l’activité en ligne et personnaliser les annonces publicitaires, ils sont également perçus comme un moyen intrusif et peu respectueux de la vie privée. C’est pourquoi Google souhaite mettre un terme à leur utilisation dans son navigateur Chrome.

Quelles conséquences pour les annonceurs et les éditeurs web ?

Ce changement annoncé par Google aura naturellement des impacts sur différents acteurs du marché, notamment les annonceurs et les éditeurs web. En effet, la fin des cookies tiers tend à bouleverser leurs habitudes en matière de ciblage et de mesure des performances publicitaires.

Des solutions alternatives pour le ciblage

Afin de répondre aux besoins des annonceurs, Google travaille sur des solutions alternatives basées notamment sur l’agrégation des données. L’une d’entre elles, baptisée FLOC (Federated Learning of Cohorts), propose de regrouper les internautes selon leurs centres d’intérêt pour offrir un ciblage moins précis, mais plus respectueux de la vie privée.

Une nécessaire adaptation des éditeurs web

Pour les éditeurs web, ce changement implique une réflexion autour de leur modèle économique et de leur approche en matière de monétisation des espaces publicitaires. Certains pourront se tourner vers des solutions de consentement renforcé, tandis que d’autres devront envisager de développer des stratégies de revenus sans recours à la publicité ciblée.

En définitive, cette annonce de Google marque une étape importante dans la protection de la vie privée en ligne et ouvre la voie à de nouvelles méthodes de marketing digital plus respectueuses des internautes. Reste à savoir comment l’écosystème s’adaptera à ces changements à moyen et long terme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *