Catégories
Créer un emailing

Les tendances Emailing 2021

L’emailing défie le temps et rajeunit ! Cette affirmation n’est pas d’un nouveau slogan publicitaire. Cet article sur les tendances emailing 2021 étayera cette affirmation

Nous allons vous présenter quelques statistiques enregistrées sur l’année 2020. Année Covid certes, mais également année emailing et e-commerce ; elle fut caractérisée par une explosion des métriques et riche en enseignements quant aux évolutions emailing à adopter en 2021.

L’essentiel de cet article sera consacré aux tendances des campagnes emailing. À raison ! Votre email doit être relooké pour mériter sa réputation d’outil marketing puissant, toujours moderne et modernisé.

Certaines tendances emailing à observer relèvent de l’aspect technologique, alors que d’autres se focalisent sur la nature du contenu et le volet marketing de la campagne.

À l’image de Sarbacane, les bons outils emailing sont précurseurs, voire initiateurs des nouvelles tendances du marketing par e-mail. Ils ont déjà intégré les nouvelles orientations ou y travaillent.

 

L’emailing : un outil marketing efficace en période de crise

 

Avant de détailler les tendances emailing 2021, il est essentiel d’évoquer les évolutions emailing en 2020. L’année écoulée a été exceptionnelle à tous niveaux.

Nous avons tous subi les effets des dispositifs sanitaires anti-Covid. Le confinement, les fermetures administratives et les mesures de distanciation ont fortement menacé le développement et la pérennité des entreprises. Les marketeurs se devaient donc de réagir et de s’adapter. L’instrument marketing d’évidence qui s’imposait était l’email. 

Toutes les études réalisées à postériori (après mars-avril 2020) par des opérateurs de messagerie, des concepteurs de solutions mailing et d’autres acteurs de l’emailing ont démontré une explosion des métriques. Nous avons sélectionné pour vous quelques statistiques :

 

  1. L’augmentation des pages vues sur le web en 2020 par rapport 2019 a atteint 21 % en mars avant de monter en flèche en avril (88 %) et frôler les 96 % par la suite.
  2. Les taux d’ouverture d’emails ont augmenté de 32 % (Omnisend, Avril 2020).
  3. Le taux de conversion de l’email marketing a grimpé de 17 %.

 

D’autres rapports ont indiqué des évolutions plus spectaculaires, mais nous avons opté pour celui-ci, car l’échantillon d’étude est gigantesque : 2,5 milliards d’emails marketing livrés entre janvier et avril 2020. Un autre constat a été enregistré : plus on s’enfonçait dans la crise, plus les taux grimpaient. 

Certes, d’autres canaux ont été sollicités par les marques (SMS mobile, réseaux sociaux, Youtube), mais l’email s’est distingué comme pilier central des stratégies marketing réajustées en 2020 : l’email marketing est plébiscité et revisité.

 Il importe aussi de souligner que la Covid n’était pas l’unique aléa qui a influencé le destin de l’emailing. 2020 a été ponctuée par d’autres événements marquants qui ont suscité un intérêt collectif (par exemple, mouvements antiracisme et les péripéties des élections américaines). Certains grands diffuseurs d’emails ont choisi de prendre parti et de partager leurs convictions avec leurs destinataires de messages. Encore plus révélateur, les réseaux sociaux (Facebook, Twitter …et aussi Youtube) avaient fini par chasser un candidat présidentiel !

 Rassurez-vous, notre tutoriel « évolutions de l’emailing en 2021 » n’est pas un billet politique, mais nous avons évoqué ces sujets pour montrer que le marketing par email et le marketing social ne sont pas toujours que promotionnels. Revenons aux tendances emailing 2021.

Les tendances des campagnes emailing en 2021

 

Les spécialistes en campagnes emailing, ainsi que leurs clients, sont convaincus que cette évolution n’est pas conjecturale. L’acceptation enregistrée auprès du public destinataire des emails ne faiblira pas radicalement après le Covid. En effet, l’utilité de l’email marketing et des newsletters comme outil de communication, d’information, de soutien, de conseil et de réalisation des transactions commerciales a été consacrée et appréciée. Les statistiques prouvaient déjà l’efficacité des stratégies emailing, mais les situations de crise ont davantage mis en relief la supériorité du canal emailing et ont adouci les quelques réticences qui existaient.

Toutefois, pour rendre votre email marketing et vos campagnes emailing 2021 plus pertinentes et acceptées par vos destinataires, vous devez respecter les tendances emailing qui se sont dégagées et qui font consensus auprès des prestataires de services et de leurs clients utilisateurs des outils de messagerie électronique.

 Si vous vous posez la question quelles sont les évolutions de l’emailing en 2021, vous êtes invité à préparer une feuille, ou plutôt un carnet, pour les noter. Nous avons essayé de faire un travail profond de veille et de benchmarking pour vous les partager. 

 

L’email 2021 est engageant, authentique et accessible

 

Le cru 2020 a été exceptionnel en termes d’événements majeurs inattendus : crise sanitaire, récession économique globale … Les entreprises leaders ont compris que la position de neutralité vis-à-vis des événements sociaux, environnementaux voire politiques n’est pas toujours recommandée ou tenable. Ainsi, les codes du parfait manager prudent, et concentré sur son seul business, ont été quelque peu bousculés en 2020.

La crainte de froisser une partie de l’audience a été balayée au profit d’un engagement social prononcé. Et quoi de mieux qu’une communication par newsletter pour afficher la solidarité ? Les contenus premium qui véhiculent des valeurs partagées, apportent des conseils avisés et enrichissent le savoir du destinataire sont appréciés. Toutefois, il faut être authentique et communiquer sur les valeurs que vous défendez et auxquelles vous croyez réellement.

Si le public est sensible à votre engagement social – et vous le rendra en adhésion et en transactions -, il détectera et sanctionnera toute tentative de manipulation. Le lecteur (consommateur) fait la différence entre l’auteur (ou producteur) qui s’implique réellement à ses côtés et celui qui en profite et la détourne à sa faveur.

L’emailing sera davantage sollicité en 2021 pour déployer et communiquer autour des politiques RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). La fibre citoyenne du monde des affaires sera accentuée, car elle est payante. Vos messages ne doivent pas être focalisés exclusivement sur vos prestations ou l’univers de vos produits. Si vous avez créé un élan solidaire (via des newsletters) avec vos abonnés, renforcez-le. Si vous avez omis cette opportunité, rattrapez les éditeurs avertis ; vos concurrents ont peut-être déjà pris de l’avance et une plus grande place dans l’esprit des consommateurs grâce à leur engagement social !

 

Tendances 2021 des campagnes email : l’aspect créatif

 

Les concepteurs de messages électroniques se devaient de revisiter leur style, le réadapter afin de traduire les émotions du moment : nostalgie, solidarité, engagement, générosité, besoins de réconfort. Il aurait été maladroit et contre-productif de ne pas le faire. L’email marketing a recouru aux enseignements positifs du marketing de la nostalgie, du picture marketing (marketing photo) et de la psychologie des couleurs.

Le design retro/vintage, les photos hautement expressives et les graphismes simples se sont imposés. Il va sans dire que la fonction primaire et les objectifs prioritaires des campagnes emailing, ainsi que l’esthétique et l’architecture traditionnelle des mails n’ont pas été sacrifiés.

Le textuel a été davantage sollicité pour réaliser un emailing. En effet, les mots permettent d’humaniser les échanges et de créer la proximité. L’accueil des destinataires était favorable à ces inclinaisons ; les métriques emailing dédiés à cette tâche l’ont bel et bien prouvé (taux d’ouverture, taux de clics et de granularité, taux de plaintes et de désabonnement). Ces tendances créatives sont destinées à durer.

Le Storytelling comme tendance créative

 

Le storytelling est un style d’écriture plébiscité par les consommateurs de contenu Web et par ses créateurs (rédacteurs web et créateurs de vidéos). Le rédacteur ou scénariste devient un conteur et raconte une histoire au lieu de délivrer un message purement commercial copywrité à outrance. Cette technique suscite les sentiments, génère l’émotion, crée l’intérêt et incite à la lecture.

Cependant, étaler ses talents de conteurs n’est pas une fin en soi. L’histoire racontée par votre email doit être liée aux valeurs de votre marque/produit/service et à vos objectifs marketing ou mailing.

 Le storytelling est un art particulier, voici quelques conseils pour bien en bénéficier : 

  • liez le script au contexte social prédominant
  • choisissez des sujets émotifs et positifs
  • utilisez vos valeurs comme socle ou point de départ de votre histoire
  • impliquez le lecteur
  • annoncez votre intention de raconter une histoire dans l’objet

 

Picture marketing dans vos emails en 2021

 

Le picture marketing (ou marketing par l’image) se sert des visuels pour créer de la valeur auprès d’une audience. Vu la capacité des images à véhiculer des messages émotifs tout en relevant l’esthétisme, elles ont été mises à profit dans le contexte socio-économique 2020. Le picture marketing en emailing restera tendance.

Parmi les visuels à inclure dans vos emailings 2021, privilégiez : 

  • les images chargées d’émotions, sans tomber toutefois dans la déprime, associez vos produits à des sentiments positifs : joie, espoir, détermination, succès…
  • les graphiques : plus utiles dans vos emailings B2B pour expliquer ou résumer vos process et souligner vos points forts
  • les citations inspirantes ou avis d’experts en screenshot
  • garder un équilibre entre images et texte

Les tendances emailing présentent aussi des aspects marketing et technologique.

 

La personnalisation des emails par l’automatisation

 

Par personnalisation des messages, nous entendons l’utilisation des données Client pour créer un message sur-mesure. 

Une étude d’Experian a révélé que les courriels personnalisés offrent des taux de conversion 6 fois plus élevés ! 

Une simple personnalisation de la ligne Objet de votre email par le prénom de votre destinataire (fonctionnalité permise par une bonne solution emailing) augmente votre taux d’ouverture de 16 % (étude de la firme d’analyses Retention Science portant sur 250 millions d’email marketing).

Voici quelques astuces à efficacité prouvée pour personnaliser vos emails :

 

  • Utilisez une véritable adresse e-mail de réponse : le « noreply@exemple.com » tue l’authenticité et l’engagement, alors qu’une véritable adresse de réponse crée la crédibilité et la proximité.
  • Soignez votre signature email : pour marquer plus votre engagement de proximité, pensez à inclure votre adresse de réponse, et si possible le prénom de la personne à contacter dans votre signature d’email.
  • Collecte continue et intelligente des données : tout en respectant le RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données), n’omettez aucune opportunité d’enrichir vos datas. Commencez par les plus basiques et affinez les formulaires au fur et à mesure de la consolidation des relations (transactions ou simples échanges). La technique des contenus premiums (similaire au monde du journalisme : articles réservés aux abonnés) est à privilégier. Elle consiste à proposer des e-books, vidéos didactiques, analyses statistiques ou livres blancs en contrepartie du renseignement d’un formulaire plus étoffé. Les Anglo-saxons parlent de Gated content.

 

Contenu dynamique et tendances campagnes email 2021

 

En plus de dynamiser votre segmentation (voir plus loin), vous êtes invité à dynamiser votre contenu. Le concept de contenu dynamique est lié à l’automatisation de votre campagne e-mailing. Le choix du message à envoyer est déclenché par l’action entreprise par l’abonné (déclencheur). Par exemple, un achat déclencherait l’envoi spontané de lettre de remerciement, de conseils d’utilisation et/ou une proposition d’articles complémentaires ou similaires.

La mise en œuvre du Dynamic Email Content nécessite la connexion de votre outil emailing à votre base de données et à votre site web. C’est ce que la solution Sarbacane vous propose !

 

Le contenu interactif

 

Une autre tendance des lettres d’information est le contenu interactif. Au lieu d’être des consommateurs passifs de newsletters, vos destinataires peuvent influencer le contenu du courriel. Le lecteur est interpellé par des éléments incitatifs piquant sa curiosité et placés à l’intérieur du mail. Par exemple, il peut s’agir d’un jeu (gamification), d’un défi, vote, concours, galerie ou diaporama ou encore de personnalisation d’un produit dans le cadre d’un jeu créatif.

Le gain des contenus interactifs est double : captation de l’attention (donc explosion du taux d’ouverture) et collecte de données supplémentaires.

 

Segmentation dynamique et analyse des données

 

Il n’existe pas de stratégie email efficace sans une segmentation de la clientèle. La tendance en matière de segmentation est qu’il ne s’agit plus d’établir des segments statiques de clients, mais un profilage dynamique.

Le postulat basique de la segmentation dynamique est le suivant : tout événement ou comportement d’un client est susceptible de le basculer d’un segment à un autre. L’analyse de l’attribut (événement ou comportement) et la décision de reclasser ou pas le client/abonné est faite instantanément par un algorithme.

Le recours au data analysis est une condition quasi-obligatoire pour le déploiement de la segmentation dynamique. Il est facile en effet d’imaginer le gros volume de travail à faire si la liste de diffusion et la gamme des produits sont larges. Si on ajoute le nombre de déclencheurs potentiels et l’étude de l’historique, le nombre de situations à envisager devient gigantesque.

Le traitement et l’exploitation automatisés des données permettent de soutenir une segmentation dynamique. La fluidité ainsi obtenue se traduit par un ciblage précis, et permet d’ajouter le cycle de vie des destinataires et la modification de vos objectifs marketing et emailing comme critères de segmentation.

 

Automatisez vos campagnes par e-mail en 2021

 

L’automated mailing system se base pour l’essentiel sur une automatisation de l’envoi des messages initiés par des événements ou des comportements du destinataire/cible (les déclencheurs). Les prestataires de l’automatisation des campagnes e-marketing et emailing ont multiplié leurs offres en 2020 et les ont adoptées aux besoins et budgets des expéditeurs. 

Nous avons sélectionné l’automatisation comme tendance emailing en raison de son ROI élevé. À titre illustratif, une étude Epsilon a constaté que : 

  • Le taux d’ouverture des emails automatisés (il est de l’ordre de 49 %) est 95 % plus élevé que celui des emails traditionnels.
  • Le CTR (taux de clics) des emails automatisés est le double de celui attribué aux courriels non-automatisés.
  • Les taux de conversion enregistrés par les sites web dotés d’une fonctionnalité d’envoi automatique des messages est de l’ordre de 40 %.
  • Par ailleurs, une étude Forester avance qu’une campagne marketing par e-mail automatisée multiplie les bénéfices par 18 !

De plus, un envoi intensif et non-automatisé de messages électroniques est coûteux en termes de temps, d’énergie déployée par vos équipes et de budget. L’abonnement aux services d’un fournisseur d’outils d’emailing se révélera moins coûteux.

 

Tendance à l’intelligence Artificielle

 

L’influence du contexte Covid sur la tendance AI (artificial intelligency) est moins forte. L’idée de faire bénéficier le e-marketing et le e-mailing des avancées majeures réalisées dans le domaine de l’AI et du machine learning est née avant le Coronavirus. 

Voici quelques exemples de son application dans l’emailing : 

  • faire des prédictions du sort réservé à un mail par un destinataire ;
  • personnaliser l’email en fonction de l’historique et du profil du destinataire : changer les images, l’objet, etc…
  • déterminer le meilleur moment pour envoyer le message.

Envoyez des e-mails adaptés aux mobiles

 

En 2012, 27 % de tous les e-mails marketing ont été ouverts sur un appareil mobile. En 2014, ce pourcentage est passé à 42%. Actuellement, il gravite autour de 60 % ! 

Aussi, pensez à optimiser vos emails pour le mobile. À défaut, vous risquez une suppression dès l’ouverture ou un désabonnement.

 

En conclusion

 

L’emailing continue de séduire les expéditeurs et les destinataires. Pour maximiser son efficacté, votre stratégie email 2021 doit inclure les tendances qui se dégagent. Il s’agit d’envoyer des messages ciblés, personnalisés, bien conçus (contenu dynamique et interactif), testés, automatisés et optimisés pour tous les appareils.

Si vous implémentez ces évolutions dans votre stratégie de marketing par e-mail, vos destinataires seront plus réactifs et vos performances marketing et commerciales seront satisfaisantes. 

Bonne année emailing !

Catégories
Analyser les résultats

Taux de délivrabilité email : tout ce que vous devez savoir

Pourquoi réserver un tutoriel à la délivrabilité emailing ? La réponse à cette question est simple : pas de ROI élevé sans un taux de délivrabilité emailing dépassant 95 % (c’est le taux de délivrabilité moyen en France). 

Vous avez sûrement lu nos différents guides consacrés à l’emailing et apprécié nos conseils, nos modèles et nos templates mis gratuitement à votre disposition. Nous y avons explicité différents KPI dédiés à l’emailing (taux de clic, taux d’ouverture, taux de conversion). Le taux de délivrabilité impacte fortement tous les autres indicateurs de performance de votre campagne emailing, d’où la nécessité de le surveiller de près en premier et de l’améliorer constamment. 

Avant d’atterrir dans la boîte de réception (et non dans le dossier spams) de vos destinataires, votre email devra se faufiler à travers plusieurs obstacles, présenter de multiples laissez-passer et être décemment habillé ! Bien plus, vous-même devrez veiller à soigner votre réputation d’expéditeur de message.

À l’échelle mondiale, un email sur six est traité comme un spam. Nous allons voir comment éviter ce sort à vos messages et améliorer la délivrabilité de vos campagnes.

Notre large zoom sur le taux de délivrabilité vous apportera les réponses aux questions suivantes : 

  • Qu’est-ce que le taux délivrabilité ?
  • Comment améliorer sa délivrabilité email ?
  • Comment augmenter son taux de délivrabilité ?
  • Comment calculer le taux de délivrabilité ?
  • Quel est le lexique propre à la distribution des emails ?

Définition de la délivrabilité dans l’emailing

 

La délivrabilité d’un email (ou d’une campagne email) désigne sa capacité à atterrir dans la boîte mail du destinataire. La délivrabilité est différente de l’aboutissement et de l’ouverture (voir plus loin). 

Pour bien délimiter les contours de ce concept vital aux yeux des professionnels de l’emailing, il est utile de commencer par définir le spamming.

 

Qu’est-ce qu’un spam ?

 

Le spamming est une technique de prospection bâtie sur une diffusion massive de messages publicitaires sans l’acceptation préalable du destinataire (la permission). Les listes de diffusion des spammeurs sont tellement larges que certains recourent à des « machines zombies » (ordinateurs dont ils ne sont pas propriétaires). Ce camouflage leur permet aussi d’échapper aux sanctions des opérateurs de messagerie (Gmail, Yahoo, Windows live) des FAI (fournisseurs d’accès internet) et de la réglementation (de plus en plus sévère). 

Comme la justice n’est pas toujours parfaite, un email bénéficiant bel et bien de la permission du destinataire peut être condamné comme un pourriel. L’erreur est humaine, mais aussi algorithmique ! 

Soyez rassuré, nous allons vous révéler plus loin les précautions à prendre pour que vos messages ne soient pas traités comme des spams.

 

Qu’est-ce que le taux de délivrabilité ?

 

Après avoir donné une définition de la délivrabilité, nous allons définir le ratio de la délivrabilité (rate delivery). Avant cela, et une fois encore, nous allons préciser au préalable d’autres termes afin de bien saisir ce taux.

 

Les bounces (rebonds)

 

Un bounce email ou email bouncé est un message non transmis au destinataire. Le mail est bien envoyé par le serveur de l’expéditeur mais il n’est pas distribué par celui du destinataire. Deux types de bounces existent : 

  1. Hard bounce : le mail est confronté à un problème qualifié de définitif : adresse email inexistante, incorrecte, mal rédigée ou inactive et récupérée par l’opérateur.
  2. Soft bounce : la livraison du courriel est juste temporairement reportée : boîte de réception pleine, indisponibilité temporaire du serveur du destinataire.

 

L’aboutissement

 

L’aboutissement email mesure l’acceptation des courriels par le FAI et l’opérateur de messagerie du destinataire. Pour la calculer, il suffit de déduire les erreurs de réception (figurant dans le rapport de bounces) du nombre d’emails envoyés.

 

Le taux de délivrabilité email

 

Le taux de délivrabilité d’un emailing correspond au ratio d’emails arrivés dans la boîte mail par rapport au nombre d’emails envoyés.

 

Le calcul du taux de délivrabilité

 

Première formule

Ratio de délivrabilité = (nombre emails envoyés – nombre bounces)/nombre d’emails envoyés

 

Deuxième formule 

Ratio de délivrabilité = (1- taux de bounce) x 100 

Le taux de bounce = nombre d’avis d’erreurs reçus/nombre d’emails envoyés.

 

Exemple de calcul de delivery rate

Si vous envoyez 1000 messages et que vous recevez 100 bounces : 

votre taux de bounce est de 10 %, soit (100/1000) x 100
votre taux de délivrabilité est de 90 %, soit ((1000 -100)/1000) x 100 ou (1 – 10 %) x 100.

 Le calcul du ratio de délivrabilité à partir du rapport des bounces est fait à partir de données techniques fiables (nombre de mails envoyés et celui des bounces). Toutefois, il faut être prudent quant à son interprétation. En effet, certains domaines destinataires peuvent omettre de renvoyer un message d’erreur. Bien pire, les mails peuvent être bel et bien reçus, mais mis en boîte spam ou dénoncés. Les meilleurs spécialistes (responsables délivrabilité) avouent qu’ils n’ont pas de solution technique 100 % fiable pour enlever ce doute, mais ils ont des alternatives plus ou moins fiables. 

Il importe de souligner que nous n’avons pas intégré les spams dans notre définition et notre calcul de la délivrabilité. Certains auteurs et praticiens préfèrent cette approche. Pour vous permettre d’avoir une vue globale, nous avons jugé utile de vous présenter un mini lexique emailing. Libre à vous de choisir l’interprétation qui correspond mieux à votre approche emailing et à celle de votre prestataire.

 

Les principaux taux à connaître pour une bonne analyse de la délivrabilité

 

Le lexique de l’emailing est riche. Cette richesse témoigne certes de sa grande évolution, du degré de précision atteint et de son importance, mais la pratique emailing s’en trouve parfois victime : certains termes et ratios sont confus, alors que d’autres sont peu connus et utilisés. 

Pour que notre guide soit complet, nous avons rassemblé pour vous l’ensemble des ratios à solliciter pour avoir une analyse pointue du succès de votre stratégie emailing. 

Commençons par répondre à la question récurrente : quelle est la différence entre le taux de délivrabilité et le taux d’ouverture ?

 

Le taux d’ouverture

 

Le taux d’ouverture est le rapport entre le nombre d’emails ouverts par vos destinataires et le nombre d’emails envoyés. Vous n’êtes pas sans savoir que les messages délivrés ne sont toujours ouverts, d’où la nécessité de calculer ce ratio et de le différencier de celui de la délivrabilité. 

Pour affiner encore plus la lecture des rapports, les prestataires professionnels de l’emailing parlent de taux d’ouverture unique (une seule ouverture est dénombrée par destinataire) et de taux d’ouverture cumulé (les multiples ouvertures par destinataires(s) sont additionnées). Un bon taux d’ouverture témoigne de la qualité de l’objet de votre mail et de l’efficacité de votre ciblage (la moyenne admise est de 20 %), alors qu’un bon taux cumulé pointe plus l’intérêt accordé au sujet. 

Pour améliorer votre taux d’ouverture, soignez et customisez l’en-tête de vos emails, rédigez un objet mail copywrité sans tomber dans les pratiques spam et affinez votre ciblage (voir plus loin).

 

Le taux de placement en inbox principal (boîte principale de réception)

 

Sa formule est : (email envoyés – bounces – spams – emails en inbox secondaire)/email envoyés. 

Ce ratio ressemble à celui de la délivrabilité sauf qu’il exclut aussi les messages spams et ceux secondaires (boîte promotionnelle de Gmail). Il est certes plus pointu mais il est techniquement plus difficile à obtenir.

 

Taux de délivrabilité par domaine

 

Ce taux est utilisé pour détecter les domaines qui présentent des problèmes de transmission des messages.

 

Le taux NPAI ou taux de bounce

 

Le ratio NPAI (N’habite Pas à l’Adresse Indiquée) correspond au rapport entre le nombre de mails bouncés et le nombre d’emails envoyés. Cet indicateur vous informe de l’état de propreté de votre base de données. Un taux NPAI supérieur à 5 % est une alarme sérieuse ! Un assainissement de votre liste de diffusion doit être effectué.

 

Le taux d’engagement

 

Il s’agit d’une métrique qui permet d’évaluer l’engagement (dans le sens de l’acceptation) des destinataires à l’égard d’une campagne emailing ou d’un expéditeur (nom de domaine, adresse IP). L’engagement est un indicateur composite estimé par les opérateurs de messagerie à partir de plusieurs taux : suppression, plainte et mise en spam, ouverture, lecture, réactivité, transfert. 

Un score d’engagement élevé vous permet d’avoir l’aval des filtres anti-spams. En conséquence, veillez toujours à obtenir l’accord préalable de vos destinataires avant de les ajouter à votre liste de diffusion (il s’agit aussi d’une obligation juridique). Nous aborderons plus loin l’impact de l’engagement sur la délivrabilité.

 

Le taux de clic

 

Le taux de clic désigne le rapport entre le nombre de clics effectués sur les liens insérés dans le message et le nombre d’emails envoyés. Un bon taux de clic (+3 %) indique que le Call To Action est pertinent. 

À l’image de l’offre emailing de Sarbacane, les solutions innovantes et bien conçues recourent à d’autres taux et statistiques qui se rapportent aussi bien à l’aspect purement technique de la délivrabilité qu’à l’analyse de la qualité des messages et leur impact.

 

Comment améliorer sa délivrabilité email ?

 

Si vos scores ne sont pas satisfaisants, cette partie de notre tutoriel « délivrabilité des emails » devrait vous intéresser. Nous allons décrire le parcours typique d’un email (routage mailing), détailler les principales raisons d’un renvoi au dossier spams et énumérer les mesures à prendre pour mieux garantir l’aboutissement de vos messages.

 

Comprendre le chemin d’un mail

 

Pour que votre mail arrive dans la boîte de réception de votre cible, il doit passer par plusieurs étapes et filtres. Le parcours commence par un contrôle anti-spam réalisé par votre propre serveur (votre adresse ne doit pas être placée dans la liste noire commune des grands opérateurs). Une fois le premier feu vert obtenu, votre message atterrit sur le serveur du destinataire. Deux vérifications sont alors effectuées : la validité de l’adresse (en cas d’échec, un bounce est renvoyé), et un filtrage anti-spam (le contenu du mail est analysé). Le périple n’est pas terminé pour autant. 

Votre destinataire peut considérer votre message comme un spam et le ranger dans ce répertoire. Le FAI notera automatiquement cette appréciation et en tiendra compte dans ses prochaines livraisons. Aussi, vous êtes toujours invité à accéder régulièrement au feedback loop des principaux FAI et vérifier si un destinataire vous considère comme spammeur à votre insu : votre réputation d’émetteur est à soigner, elle impacte fortement votre taux de délivrabilité email. 

Si votre prestataire emailing est un véritable professionnel, votre mail finira dans la boîte de réception primaire de votre client/prospect.

 

Pourquoi un filtre antispam risque-t-il de vous condamner ?

 

Mauvais ciblage

 

Si vous ciblez un internaute lambda dont le profil diffère de votre persona (description de votre cible), il sera irrité et risquera de placer automatiquement votre mail dans le dossier spam, voire adresser une plainte ! Vous serez le seul à blâmer, car en matière d’emailing, il vaut mieux privilégier la qualité (bon ciblage) à la quantité (large liste de diffusion).

 

Faible engagement de vos destinataires

 

Nous avons déjà mentionné que l’engagement joue un rôle dans la délivrabilité des e-mails. Aussi, veillez toujours à ce que vos abonné(e)s déclarent par signature électronique (via un formulaire d’acceptation) leur consentement à recevoir vos emails. Cette permission est enregistrée et vérifiée à chaque campagne par les opérateurs de messagerie. N’achetez pas de liste suspecte et n’ajoutez pas manuellement des destinataires non-consentants. Si vous avez besoin de contacter un prospect, envoyez-lui un message personnalisé, séduisez-le et invitez-le à remplir votre formulaire d’abonnement.

 

Adresse IP détourné par des spammeurs

 

Même si vous êtes un émetteur honnête selon les critères emailing, vos messages peuvent être signalés si votre adresse IP a été usurpée à votre insu et utilisée pour envoyer des spams (un autre client spammeur colocataire de votre serveur, par exemple). Pour éviter cette injustice, confiez votre messagerie à des prestataires fiables, techniquement innovants et surtout vigilants quant à leur propre réputation. 

À ce propos, il importe de savoir qu’une fois le nombre de plaintes des destinataires dépasse un seuil de tolérance fixé par les opérateurs, toute future campagne sera considérée comme du spamming !

 

Vos abonnés vous oublient !

 

Si votre destinataire ne vous reconnaît pas ou ne se souvient pas de vous, il risque de vous qualifier comme spammeur. La solution consiste à concevoir l’en-tête de votre mail selon les règles de l’art emailing (consultez nos nombreux articles consacrés à ce sujet), d’y inclure votre emblème et votre charte graphique (nom, logo, couleurs, typographie) et de bien remplir la ligne « DE ». Vous gagnerez aussi à rendre votre bouton ou lien de désinscription bien visible et accessible. Ainsi, au lieu d’être signalé comme spammeur, vous perdrez momentanément un abonné consentant, mais le mal est bien moindre.

 

Faibles scores d’ouverture, de clics et de lecture

 

Les principaux fournisseurs de messagerie Web confirment que les taux d’ouverture et de clics ainsi que le temps lecture sont des critères de poids dans leur évaluation du spamming. Nous n’insisterons jamais assez sur la nécessité de confier votre emailing à des spécialistes reconnus et vous invitons à lire nos nombreux articles consacrés à ce sujet.

 

Liste de diffusion non-nettoyée

 

Les algorithmes de filtrage anti-spam des fournisseurs de services de messagerie calculent le rapport entre les adresses email actives et inactives de votre liste. Un nombre élevé de destinataires jugés inactifs déclenche automatiquement une alarme anti-spam. En conséquence, pensez régulièrement à reconquérir vos abonnés non-engagés par des mails conçus dans cet objectif. En cas d’échec, n’hésitez pas à les supprimer.

 

Message trompeur

 

Mis à part le volet légal du sujet, sachez que les opérateurs de messagerie se sont auto-déclarés juges d’honnêteté. Ainsi, si leurs algorithmes estiment que vous cherchez à induire intentionnellement votre destinataire/cible en erreur, ils vous sanctionnent. À cette fin, ils scrutent votre ligne Objet, le corps du texte, et même la sémantique utilisée. Les objets emails suspects (ex : urgent, merci pour votre commande, mauvaise nouvelle) sont à bannir. De même, les termes et les expressions mal copywritées (gratuit, incroyable, je te promets, ce n’est pas du spam, gagnant à tous les coups) sont à éviter ou à utiliser avec parcimonie. 

Il est à signaler que chaque fournisseur de service de messagerie a ses propres règles en la matière. Pensez à les contacter ou faites alliance avec un prestataire emailing qui maîtrise les exigences des principaux opérateurs.

 

Mauvais HTML email

 

Voici quelques recommandations à respecter : 

  • utilisez une largeur maximale de 600 à 800 pixels 
  • gardez votre code HTML aussi propre et simple que possible
  • optez pour un ratio image/texte très bas 
  • optimisez vos images 
  • préférez une typologie simple

 

Mauvais choix du prestataire du service emailing

 

Si vous utilisez un prestataire de service d’envoi d’emailing qui a un mauvais score de délivrabilité, il est fort probable que les opérateurs de messagerie dévient vos courriels vers la liste de spams. La délivrabilité est une affaire de réputation, aussi bien la vôtre en tant qu’expédieteur que celle de votre service emailing. 

Sélectionnez le bon fournisseur, la bonne solution et la meilleure technologie.

Augmenter son taux de paramétrage : paramétrage technique

 

En plus de la richesse de son lexique, l’univers de l’emailing regorge d’acronymes et de termes techniques ‘barbares’. Voici les plus importants à connaître.

 

Adresse IP mutualisée

 

Elle est partagée par plusieurs émetteurs de messages et présente donc un prix attractif. L’inconvénient est que la réputation de vos colocataires impacte la vôtre. Les fournisseurs d’accès internet sérieux sont vigilants sur ce point.

 

Adresse IP dédiée

 

Elle coûte plus cher, en contrepartie, vous êtes seul responsable de votre réputation d’expéditeur de mails (sans parler des autres avantages non-relatifs à la messagerie)

 

Protocole SFP (Sender Policy Framework)

 

Le protocole SFP est un dispositif d’authentification des emails qui assure la bonne distribution de vos messages et protège votre domaine contre le spoofing (utilisation frauduleuse de votre domaine pour envoyer de faux messages, des virus, des logiciels malveillants ou afin de collecter des informations sensibles). Sachez que les serveurs de vos destinataires vérifient si vous utilisez ce protocole de sécurité avant de juger du sort réservé à vos mails.

 

DKIM (DomainKeys Identified Mail)

 

Le protocole DKIM permet de vérifier qu’il n’y a eu ni usurpation ni altération du message pendant la transmission grâce à un mécanisme de signature numérique (création et placement d’une clé dans votre Domain Name System ou DSN). 

DMARC (Domain-based Message Authentication, Reporting and Conformance)

 

Après la configuration de votre serveur Web et de vos DNS (protocoles SFP et DKIM), vous pouvez réaliser un test de délivrabilité email. Le DMARC permet la génération de rapports de test et d’authentifier l’envoi. 

Pour vérifier vos paramètres de configuration et votre réputation, vous pouvez recourir à plusieurs outils dédiés à la délivrabilité des messages.

 

Comment savoir si un email est délivré ?

 

Les accusés de réception

 

Comme pour un courrier classique, un email peut disposer d’un accusé de réception, en plus d’un accusé de lecture. Certains opérateurs de messagerie intègrent ce système dans leur version d’origine (Outlook, Windows Live Mail, Thunderbird) alors que d’autres le présentent comme une option à activer au choix par l’ajout d’un logiciel (Gmail, Yahoo).

 

Les traceurs d’emails

 

Il s’agit de solutions gratuites et/ou payantes qui vous permettent de savoir si votre email a été délivré et ouvert, et vous préciser l’heure et l’endroit. Il vous suffit de choisir l’outil compatible avec votre navigateur Web (chrome, Safi, Edge). 

Arrivé à la fin de ce texte, nous vous réservons notre meilleur conseil : testez la solution Sarbacane. Maintenant que vous êtes assez informé pour poser des questions pertinentes et délicates, n’hésitez pas à contacter leur responsable de délivrabilité, il se fera un plaisir de répondre à toutes vos interrogations. 

Catégories
Analyser les résultats

Comment les statistiques d’emailing peuvent vous aider à comprendre vos résultats ?

Retenir quatre indicateurs clés de performance essentiels dans les statistiques d’emailing

Les statistiques d’emailing sont généralement mises à disposition par la solution d’email marketing choisie.
Elles se trouvent dans l’interface utilisateur au niveau de la campagne et souvent dans une section qui rassemble l’ensemble des données des campagnes. Pour aller droit au but il faut retenir quatre statistiques. Quatre indicateurs clés de performance permettent de mesurer l’efficacité d’une campagne d’emailing:

  • le taux de délivrabilité
  • le taux d’ouverture
  • le taux de clics
  • le taux de conversion

Les trois premiers KPIs ci-dessus se retrouvent toujours dans l’interface de la solution d’email marketing choisie. Le taux de conversion lui pourra se mesurer avec un outil de tracking comme Google Analytics. Le paramétrage manuel des paramètres d’URL peut être nécessaire dans certains cas. Les UTM utilisés par Google Analytics permettent de retrouver la source, le support et le nom de la campagne qui a généré des visites et des conversions.

Ces KPIs permettent d’identifier les problèmes et de trouver les solutions pour améliorer l’efficacité d’une campagne emailing à chaque étape : envoi -> réception -> ouverture -> clic -> conversion.

Le taux de délivrabilité

Le taux de délivrabilité indique combien de mails sont arrivés à destination sur l’ensemble des mails envoyés. L’étude de ce taux de délivrabilité par le service de messagerie, par exemple, peut permettre d’identifier si l’expéditeur a été mis sur une liste noire. Pour mieux comprendre le taux de délivrabilité, il faut garder en tête que les services de messagerie peuvent retourner des bounces c’est-à-dire des erreurs provoquées notamment par des boîtes mails qui n’existent pas ou n’existent plus, des boites mails temporairement inaccessibles ou des boîtes mails pleines. Le taux de délivrabilité doit être proche de 100%, il est essentiellement conditionné par la qualité de la liste de destinataires. Celle-ci doit idéalement être opt-in et régulièrement sollicitée avec des contenus à forte valeur ajoutée.

Le taux d’ouverture

Le taux d’ouverture, c’est-à-dire le nombre de mails ouverts sur le nombre de mails délivrés, est conditionné par 3 éléments : l’expéditeur, l’objet et les premiers mots du mail. Si les mails envoyés ne sont même pas ouverts, il faut travailler sur ces 3 éléments. L’expéditeur aura plus d’impact si c’est une personne que si c’est un service (préférer Marie Dupont <marie.dupont@entreprise.com> à Service Marketing <marketing@entreprise.com> par exemple). L’objet du mail doit être accrocheur sans être racoleur, il s’agit de faire une promesse qui devra être précisée dans le contenu du mail puis tenue sur la page d’atterrissage suite au clic sur le bouton d’action situé dans le mail. Les premiers mots du mail servent également à compléter l’objet.

Le taux de clics

Comme son nom l’indique, c’est le nombre de clics ayant eu lieu sur un bouton d’action disponible (sur le nombre de fois où celui-ci s’est affiché). Le taux de clics est variable suivant les secteurs d’activité mais en général, on prévoit qu’un tiers des destinataires cliquent sur le bouton d’action situé dans le mail.

Le taux de conversion

Ce taux représente le nombre d’individus qui ont réalisé l’action marketing prévue pour la campagne emailing. Il s’agit ensuite de tenir la promesse faite dans l’emailing pour aboutir à un taux de conversion correct. Si une promotion de -50% sur un produit a été promise dans l’email et que la promotion n’est que de -15% sur la page d’atterrissage, le taux de conversion sera très bas (voir nul bien sûr).

Conclusion

Pour résumer : il faut garantir aux campagnes d’emailing un taux de délivrabilité proche de 100% ; le travail sur les éléments favorisants l’ouverture est fondamental ; il faut tenir sa promesse !

Auteur invité : Nicolas Boiteux

Mots recherchés pour arriver sur cette page :

  • résultats de E-mail
  • taux douverture emailing à combien doit il etre
Catégories
Se perfectionner

Le rôle de l’emailing dans une stratégie d’Inbound Marketing

inbound marketingL’emailing est généralement perçu comme un outil de Marketing digital de type Outbound, ou marketing digital classique. Néanmoins, il joue également un rôle important dans une stratégie d’Inbound Marketing.

Tandis que l’emailing Outbound Marketing se concentre sur un objectif commercial spécifique et souvent à destination de leads « froids », l’emailing Inbound Marketing vise à faire du « nurturing », une alimentation constante en contenu de qualité des anciens, existants ou futurs clients potentiels. Ceux-ci sont amenés à devenir des leads qualifiés, à travers un processus de construction de relation ciblé.

Voici 6 raisons pour lesquelles vous devez absolument inclure l’emailing dans votre stratégie d’Inbound Marketing :

 

Cibler des Buyer Persona spécifiques

Dans l’approche Outbound, il est fréquent de lancer une campagne d’emailing en achetant une base de données et en le diffusant de manière assez peu différenciée à toute la liste dans le but d’obtenir directement de la conversion. On appelait cette méthode « fire and forget » (ou « tirer et oublier »).

fire and forget
La méthode Fire And Forget donne des résultats aléatoires

Générique, impersonnel et imprécis, cette méthode se heurte à un double problème : les prospects lisent de moins en moins ce type d’envois qui sont d’ailleurs largement filtrés par les anti-spams.

La méthode Inbound Marketing est différente.

Grâce à un bon CRM, il est possible de segmenter votre base de données de contacts selon des caractéristiques précises : leur relation avec vous, leur niveau d’intérêt, leur potentiel de croissance, leur localisation géographique, leur poste ou domaine d’activité, etc.

Obtenir ces informations par l’achat de bases d’emails est souvent compliqué. Le travail effectué sur les Buyer Persona permet de produire du contenu, d’interagir avec vos prospects et in fine, de récupérer des informations de contact bien plus adaptées à vos besoins

Vous pouvez ensuite procéder à la création d’un message sur mesure pour répondre aux attentes de chaque groupe.

Plus un email anticipe les questions que vos leads/prospects pourraient se poser sur votre service, et les aide à comprendre votre proposition (et en quoi il répond à leur besoin), plus votre taux de clics et taux de conversion seront élevés.

 

Contextualiser, plus que personnaliser

Une fois que vous avez divisé vos contacts en plusieurs groupes, correspondant à plusieurs « buyer persona », vous pouvez personnaliser entièrement chaque email en vous appuyant sur la data dont vous disposez – les emails avec des éléments de personnalisation (tel que le prénom, le nom de l’entreprise en B2B) ont plus de chances d’être ouverts.

C’est l’occasion de faire ressentir à votre prospect que vous les estimez, vous comprenez leurs besoins et vous pouvez leur offrir un service précieux et bénéfique pour eux.

De plus, avec l’emailing, vous n’êtes pas limité à personnaliser le texte. Chaque groupe de contacts peut bénéficier d’une campagne personnalisée et adaptée à ses besoins – avec une approche différente au niveau du design, du contenu écrit, du contenu vidéo, etc.

Le timing peut également être personnalisé. Pour chaque groupe, il y aura un moment optimal auquel il faudra envoyer votre email pour booster votre taux de clics. Cela peut dépendre du fuseau horaire de votre destinataire, de ses habitudes digitales ou de son rythme de travail. Par exemple, vous trouverez peut-être que les leads du « groupe A » réagissent au mieux à vos emails lorsqu’ils les reçoivent le mercredi après-midi.

Le « Marketing Automation » peut vous aider à gérer le timing de vos campagnes, afin que chaque contact reçoive le bon email au bon moment. On est dès lors au-delà de la personnalisation : la contextualisation du contenu augmente nettement la rentabilité et l’impact de vos campagnes.

 

Créer du contenu « partageable »

Le contenu d’un email a un fort potentiel de partage. En un clic, votre prospect peut partager votre email avec leurs amis, collègues, clients et famille.

Le contenu emailing, dans sa version desktop, peut également être relayé sur les réseaux sociaux – pensez aux boutons de partage !

emailing marketing
Pensez à partager vos contenus d’emails !

En effet, en créant du contenu qui peut facilement être relayé, liké, et partagé sur ces plateformes vous pouvez booster votre visibilité sur Facebook, Twitter, Instagram etc. L’emailing est notamment une manière très efficace de diffuser des infographies et vidéos.

Le contenu même de vos emails est généralement hébergé sur votre site internet, avec un lien incorporé dans chaque email. Alors que le prospect clique sur ce lien pour découvrir le contenu, il est redirigé vers votre site internet, et peut ensuite partager l’URL correspondant avec son réseau – boostant ainsi le trafic de votre site web.

 

Obtenir des résultats à moindre coût

L’emailing nécessite peu de dépenses, surtout comparé à l’envoi de courriers commerciaux par voie postale (mais sérieusement, qui fait encore cela ?).

L’envoi d’emailing est en outre efficace et relativement rapide – surtout lorsque vous avez bâti un portfolio de templates personnalisables.

L’emailing est aussi une manière efficace d’atteindre le marché international, puisque vous contournez les difficultés liées au décalage horaire (avec le Marketing Automation) et au coût.

Enfin, si l’email est nettement plus économique que le papier, ne croyez pas pour autant que son utilisation soit neutre pour l’environnement : L’ADEME estime qu’1 Mo envoyé correspond à 15 grammes de CO2 !

C’est donc un ultime avantage de l’Inbound Marketing : en envoyant moins d’emails mais mieux ciblés, vous aidez la planète !

ENVOYEZ VOS PREMIÈRES CAMPAGNES EMAILING
EMAILING.BIZ VOUS RECOMMANDE SARBACANE !

Adoptez nos conseils Inbound Marketing et lancez vos premiers emailings ultra-ciblés avec la solution n°1 en France, entièrement dédiée aux professionnels comme vous.

Simple & Rapide • Support tél. gratuit • 100% français 🇫🇷

 

Gagner en efficacité

Contrairement à d’autres moyens de Marketing, qui peuvent mettre plus du temps à fournir des résultats, l’emailing peut rapidement faire ses preuves.

C’est une technologie qui est désormais indispensable. Il suffit de voir la transformation des Pages Jaunes en tant que SoLocal, entreprise qui propose des solutions digitales. Eric Boustouller, son directeur général, a affirmé dans une interview pour BFM TV “Toutes les entreprises se transforment. C’est pour nous une obligation de nous transformer ».

Si votre campagne est prévue au bon moment, avec le bon contenu, vous pouvez recevoir des demandes d’information ou conclure des ventes à peine quelques minutes après l’envoi.

Vous pouvez suivre les statistiques de votre campagne en temps réel et observer la réaction de vos prospects/clients. Il n’y a rien de plus beau !

 

Mesurer et analyser les retombées facilement

L’emailing pour l’Inbound Marketing est un rêve qui se réalise pour les analystes et les friends de chiffres.

Cette méthode vous permet de mesurer avec précision chaque indicateur – et de vous appuyer sur des insights précieux portant sur le comportement de vos clients et la valeur de votre proposition.

Vous découvrirez les chiffres exacts concernant le taux de réception, le taux d’ouverture, le taux d’abonnement et de désabonnement, etc, en fonction des contenus privilégiés ou non par vos prospects. Ces méta-données fournissent de précieuses informations au Marketing.

Plus l’analyse de vos résultats est précise et approfondie, plus vous aurez d’éléments d’amélioration pour vos prochaines campagnes. Grâce à l’A/B Testing, vous perfectionnerez sans cesse vos campagnes d’emailing.

Vous pourrez également mesurer le coût exact de chaque génération de lead – et alors mesurer le ROI d’une campagne.

L’emailing est une méthode testée et prouvée pour augmenter votre notoriété de marque et diffuser votre contenu dans le cadre de votre stratégie Inbound.

Mots recherchés pour arriver sur cette page :

  • emailing transformation inbound
Catégories
Se perfectionner

😎 Augmenter son taux d’ouverture grâce aux emojis !

emojis email

On le dit souvent, l’objet est la porte d’entrée vers votre email. Il doit être séduisant pour inciter vos destinataires à l’ouvrir. Et pour cela, les emojis peuvent s’avérer bien utiles.

Voyons ensemble à quel point ceux-ci peuvent faire grimper vos statistiques et où se situe la limite de leur utilisation.

 

Les emojis, c’est quoi ?

Le terme d’emoji vient du japonais « e » (image) et « moji » (lettre). Autrement dit, l’emoji est un symbole ou un pictogramme censé évoquer une émotion ou représenter un objet.

Ils sont de plus en plus utilisés, dans bon nombre de domaines, dont l’emailing.

D’ailleurs, Jess Nelson d’Email Marketing Daily a statué que « leur utilisation en email marketing et en mobile marketing a augmenté de 775% d’année en année » depuis leur invention.

Ça peut paraître énorme, mais ce n’est pas si étonnant compte tenu de son efficacité et de sa capacité à faire gonfler les statistiques des campagnes emailing.

Pour éclaircir le sujet, voici les différences entre smileys, émoticônes et emojis :

  • Un smiley est tout simplement la représentation d’un sourire
  • Une émoticône est la représentation d’une émotion ou d’une expression du visage à l’aide des symboles d’un clavier. Quelques exemples :  :’(:-O
  • Les émojis sont de véritables images, pouvant représenter des visages, des objets, des paysages, des drapeaux, etc… Quelques exemples : ❤️ ✈️ ⛄️ ⭐ ⚽

 

L’avantage des emojis

En moyenne, on constate que l’utilisation d’un emoji dans l’objet d’un email peut augmenter son taux d’ouverture de +15% à +45% (Send-Up et Experian).

D’autre part, on remarque que tous les emojis et caractères spéciaux n’engendrent pas les mêmes résultats.

Une étude de SwiftKey nous montre qu’en France ce sont les emojis « cœur » qui remportent le plus de suffrage, lorsque les visages heureux sont les plus utilisés dans la plupart des autres pays du monde. Ah, la France et son romantisme…

Mais alors, pourquoi cela marche ?

Tout simplement parce que malgré la forte hausse de l’utilisation de l’emoji, les entreprises qui l’utilisent en objet restent plutôt rares. De ce fait, ces petits symboles permettent de faire ressortir un email de la masse et donc de se distinguer des autres.

Ils permettent également à certaines marques d’habituer leurs destinataires à un symbole permettant de les reconnaître au premier coup d’œil, en plaçant le même emoji dans l’objet de toutes leurs campagnes.

Une aubaine pour se forger une image de marque et une reconnaissance avant même que les emails ne soient ouverts !

 

Comment bien les utiliser

Alors oui, ces supers statistiques donnent envie de s’y mettre dès maintenant et d’utiliser des emojis à tout va.

Mais attention, il y a tout de même quelques pratiques à respecter pour éviter de s’éparpiller.

Déjà, évitez de sur-exploiter les emojis. Faites attention à votre cible notamment. En B2B, les emojis trop utilisés peuvent vous faire perdre en crédibilité.

Si votre cible est plutôt jeune en B2C,  n’hésitez pas !

 

Un autre sujet important est celui de l’affichage.

En effet, tous les clients mail n’affichent pas les emojis de la même manière.

Voici un tableau récapitulatif :

Client mail Compatibilité
Apple mail OK
Gmail OK
Yahoo OK
Android OK
Windows mail OK
iOS OK – alphabet emojis spécifique
Outlook 2003 Non compatible
Outlook 2007 à 2013 OK
Outlook.com OK – alphabet emojis spécifique

La plupart sont donc compatibles, mais faites tout de même attention de ne pas en abuser et surtout de vérifier le rendu dans un maximum de boîtes mail différentes !

 

Enfin, LA bonne pratique à avoir par excellence est de faire des a/b test (ou split test).

L’idée d’envoyer deux versions de votre objet, l’un avec un symbole et l’autre sans, à deux échantillons représentatifs de votre base, afin de comparer les résultats.

Ainsi, vous saurez ce à quoi vos destinataires sont les plus sensibles et vous pourrez envoyer votre campagne avec l’objet gagnant au reste de votre base.

Car si l’emoji peut être positif pour vos taux d’ouvertures, ce n’est pas une science exacte.

A vous de vous adapter à votre cible pour en tirer le meilleur !

Catégories
Analyser les résultats

6 Statistiques Avancées à Analyser pour Mieux Connaître ses Destinataires

Après notre article sur les 5 grandes statistiques emailing de base, découvrez 5 autres statistiques plus avancées qui vous permettront d’en savoir plus sur vos contacts.

A quoi ça sert ?

Mieux connaître ses destinataires vous permet de cibler avec plus de précision vos campagnes et d’en améliorer le contenu au fur et à mesure.

Les statistiques qui vont suivre ne sont pas disponibles sur toutes les solutions emailing. Seules les solutions les plus complètes permettent de les obtenir. Sarbacane par exemple le permet.

Les clics sur vos liens

Après chaque envoi, vous pouvez analyser les différents liens de votre campagne pour savoir lesquels ont été le plus cliqués.

Vous obtenez les clics cumulés ou uniques par lien. Les clics cumulés sont le nombre total de fois qu’un lien a été cliqué et les clics uniques représentent le nombre d’individus ayant cliqué.

Connaître cette donnée vous permet de vérifier si le positionnement de vos liens dans votre email est pertinent.

Vous pouvez ainsi effectuer des tests sur différentes campagnes pour voir ce qui marche le mieux avec vos destinataires.

D’autre part, cela vous donne une idée du trafic qu’a généré votre campagne sur votre site web.

Car à la différence du simple taux de clics, vous pouvez ici vérifier dans le détail quels liens sont les plus cliqués.

En effet, si votre taux de clics est élevé mais qu’il ne correspond qu’à des clics vers un lien externe à votre site ou vers votre copie web par exemple, on peut considérer que votre campagne n’a pas généré de réel trafic.

Le temps de lecture

Cette donnée est exclusive à Sarbacane.

Elle vous permet de savoir combien de temps vos destinataires sont restés sur votre email. De ce fait, on peut mesurer leur intérêt réel.

En effet, votre taux d’ouverture est peut-être élevé, mais si le temps de lecture moyen est inférieur à 2 secondes, on peut dire que le contenu de votre newsletter n’a pas convaincu.

Cette donnée est très utile pour savoir si votre emailing parait intéressant pour vos lecteurs et s’ils ont envie d’y passer du temps.

Si le temps de lecture est très bas, peut-être devez-vous changer la mise en page de votre email, modifier vos images, ou trouver un nouveau moyen d’attirer leur attention.

En général, un temps de lecture très bas va de pair avec un taux de clics faible.

Les supports utilisés

Il est possible de savoir si vos destinataires ont plutôt l’habitude de lire leurs emails sur mobile ou sur ordinateur.

Cette information est très utile pour jauger l’importance de créer des emails 100% adaptés pour l’affichage sur téléphone.

De plus, vous apprendrez à mieux connaître vos destinataires et leurs habitudes. Technophiles ou technophobes ?

Enfin, si plus de la moitié de vos destinataires ouvrent vos emails sur leur mobile, vous avez tout intérêt à adapter vos landing pages afin qu’elles soient optimisées pour la navigation via un téléphone.

Info : on dit d’un email adapté pour mobile qu’il est « Responsive ».

Tout email créé avec Sarbacane Desktop est automatiquement responsive ainsi que les 250 templates emailing gratuits proposés dans le logiciel.

Les types de messageries utilisés

Une autre donnée intéressante que vous pouvez connaître via votre solution emailing pour connaître les messageries préférées de vos destinataires.

« Pourquoi faire ? » me direz-vous.

Le fait de mieux connaître les habitudes de vos contacts vous permet d’adapter plus facilement vos emailing.

En connaissant les messageries utilisées par vos lecteurs, vous pourrez accentuer vos efforts en fonction de leurs différentes capacités d’affichage.

 

Les OS utilisés

Comme pour les types de messageries, apprenez à connaître les préférences d’OS de vos destinataires : Mac OS, Android, Windows, etc…

Encore une fois, ces données vous seront utiles pour mieux connaître vos destinataires sans avoir à leur poser la question.

Connaître les systèmes d’exploitation utilisés par vos lecteurs peut vous aider dans votre business.

Disons que vous souhaitez développer une application et que 80% de vos destinataires utilisent Apple. De toute évidence, vous devrez vous concentrer sur une application compatible Apple en premier lieu !

La géolocalisation

N’êtes-vous pas curieux de savoir d’où proviennent les inscrits à votre newsletter ?

Peut-être qu’une grande partie d’entre eux vient de pays étrangers ?

Si c’est le cas, c’est peut-être que votre business à de l’avenir à l’international !

Vous pensiez qu’ils étaient tous de Paris mais finalement la plupart sont en province ? Pourquoi ne pas ouvrir quelques boutiques en dehors de la capitale !

Encore une fois, ce type de données vous permet de mieux cerner les profils et les attentes de vos destinataires, pour toujours améliorer votre business.

Mots recherchés pour arriver sur cette page :

  • statistiques en germany en mailing informatique2020
Catégories
Analyser les résultats

Comprendre les 5 Grandes Statistiques Emailing de Base

Dans cet article, vous découvrirez les 5 données statistiques que vous devez connaître à tout prix en emailing. 

Elles vous permettent notamment d’analyser la réussite ou non de vos campagnes et de vous fixer des objectifs concrets.

Vous allez apprendre à quoi correspondent ces statistiques, comment les interpréter et comment définir des objectifs pour que vos campagnes deviennent rentables. Notez qu’il est capital d’utiliser une solution d’emailing professionnelle pour avoir accès à ce type de données.

Taux d’ouverture

C’est la donnée que vous regarderez en premier, par réflex.

En effet, le taux d’ouverture donne une bonne appréciation générale de la réussite de votre campagne. Il correspond tout simplement au nombre d’emails ouverts parmi les emails envoyés, en pourcentage.

On parle de taux d’ouverture unique et de taux d’ouverture cumulé.

Le taux d’ouverture unique équivaut au nombre d’individus ayant ouvert votre email, peu importe combien de fois ils l’ont ouvert.

Le taux d’ouverture cumulé correspond au cumul de toutes les ouvertures, même celles cumulées par le même destinataire.

Bien entendu, le taux d’ouverture cumulé sera presque toujours supérieur au taux unique. Pourtant, c’est bien le taux unique que vous devez regarder. C’est lui qui vous donnera une estimation réelle de l’intérêt qu’a suscité votre objet.

Objectif : essayez de viser les 20% en taux unique.

Astuce : une base de destinataires qualifiée est la base d’un bon taux d’ouverture. Travaillez vos objets pour l’améliorer !

Taux de clics

Ce taux correspond au nombre de fois où vos destinataires ont cliqué sur un lien ou un bouton contenu dans votre email.

Un bon taux de clics est synonyme que votre campagne a fonctionné et que vous avez su être convainquant.

Car le but d’un emailing est avant tout de faire cliquer vos destinataires pour qu’ils se rendent sur votre site.

Un bon taux de clic est souvent annonciateur d’une bonne rentabilité… A condition que votre landing page soit efficace !

Objectif : plus de 3%.

Astuce : créez des boutons originaux et employez des verbes d’action très directs et explicites pour convaincre vos lecteurs de cliquer.

Taux de réactivité

Le taux de réactivité est un peu la conclusion des statistiques précédentes.

Il mesure le nombre de clics par rapport au nombre d’ouvertures de votre email.

Cela vous donne une idée de la qualité de votre emailing, objet comme contenu. Un taux élevé signifie que vous maîtrisez à la fois l’art de la rédaction, de la mise en page et du design.

Objectif : environ 20%.

Astuce : respectez la promesse de votre objet dans votre email. Si vous proposez un objet attrayant mais que votre email ne l’est pas ou qu’il n’y a pas de bouton d’action, vos emails perdront en intérêt.

Taux de désabonnement

Bien entendu, ce taux vous indique le pourcentage de vos destinataires qui se sont désabonné suite à votre envoi.

Vous vous en doutez, votre objectif sera d’obtenir un taux de désabonnement le plus bas possible.

Si celui-ci est trop élevé, cela pourrait avoir des répercussions sur votre réputation d’expéditeur.

Objectif : moins de 0,7%.

Astuce : nettoyez votre base de données régulièrement et retirer les désinscrits de vos listes après chaque envoi.

Taux de NPAI

Il s’agit du nombre d’email qui n’ont pas pu être remis au destinataire.

Il peut y avoir plusieurs raisons à cela :

  • Soft bounces : il s’agit d’erreurs temporaires liées à la boîte de réception du destinataire (par exemple une boîte pleine). Rien d’inquiétant.
  • Hard bounces : c’est une erreur dite « définitive ». L’adresse email du destinataire est probablement erronée ou inactive.

Les hard bounces peuvent engendrer des problèmes de délivrabilité dans le futur et nuire gravement à la réputation du serveur d’expédition.

Objectif : moins de 5%.

Astuce : une fois encore, veillez à nettoyer votre base de données régulièrement pour supprimer les adresses qui posent problème.

Mots recherchés pour arriver sur cette page :

  • statistiques mailing outlook
  • taux de réussite dune campagne courrier
Catégories
Se perfectionner

20 erreurs à ne pas commettre en emailing

 20 erreurs à ne pas commettre emailingNous vous avons souvent prodigué des conseils sur comment préparer, concevoir, rédiger et envoyer votre emailing. Mais cette fois ci, nous vous proposons une liste des choses à ne surtout pas faire.

Utilisez-la comme un reminder, un post-it de bureau, un livre de chevet ou que sais-je, et ne commettez pas ou plus ces erreurs encore trop vues aujourd’hui…

 

Ne jamais, ô grand jamais…

 

1. Envoyer une newsletter à des contacts n’ayant pas volontairement souscrit

C’est la BASE de toute campagne réussie. Pitié, arrêtez de spammer des personnes qui n’ont rien demandé et qui n’ont eu que le malheur de se retrouver dans une base de données emails à vendre sur le web par des gens peu scrupuleux. Il n’y a qu’en B2B que vous pouvez vous permettre de prospecter par email… et encore ! Allez-y doucement et ciblez vraiment des personnes qui seront vraiment intéressées.

 

2. Envoyer des emailing non ciblés

Même principe : les gens qui recevront vos emailing doivent absolument être intéressés par le contenu. Faites un tri dans vos bases, s’il vous plaît… Je ne suis pas certain que votre nouvelle collection de robes à pois design tendance de l’été intéresse beaucoup « J-P », 53 ans, plombier de formation. Quoique…

 

3. Rédiger un objet trop long et pas clair

« Nouveauté High-Tech ! Découvrez les nouvelles enceintes Audio HiFi Db+ Stéréo 00X21 avec Capteur SoundDigitalTech+ / UltraHighQuality (UHQ) ainsi que nos amplis motorisés sur roulettes à partir de 299.98€TTC seulement !»

Ok, j’exagère. Mais quand même ! Un objet, ça doit donner envie d’ouvrir, ça doit être un teaser pour le contenu et pour l’offre ! N’essayez pas d’y caser l’ensemble de votre catalogue, avec des références produits et tous leurs avantages. Faites simple, faites court, et faites quelque chose de vendeur et compréhensible.

 

4. Programmer une adresse de réponse du style « no-reply »

On à l’ère du web 2.0. Le web 2.0, c’est la base même du communautarisme, de l’échange, de l’interaction. Vous le POUVEZ PAS dire à quelqu’un à qui vous envoyez un email « ne me répondez pas ». C’est juste impensable ! Je m’étonne encore chaque jour de voir ce type d’adresses de réponse bien souvent accompagnées d’un message dans le mail pour bien préciser que l’échange s’arrête ici, ciao !

 

5. Envoyer à des contacts désabonnés

Alors ça aussi, j’ai déjà eu le coup. S’il vous plaît, prenez en considération vos désabonnements. Il n’y a rien de plus agaçant que de recevoir des emailing de promos dont on s’est désinscrit. Et arrêtez avec les combines du genre : oui mais vous vous êtes désabonné de notre newsletter mais pas de nos emails promotionnels et de ceux de nos partenaires !

Quant à ceux qui ne proposent même pas de lien de désabonnement dans leurs emailing ou alors bien, BIEN caché et BIEN petit tout en bas à droite en gris clair sur fond blanc… je ne pense même pas avoir besoin d’aborder le sujet.

 

6. Envoyer trop d’emailing à un rythme irrégulier

Bon, pour ce point-là, je suis plus tolérant. Ce n’est pas simple de trouver la bonne fréquence, surtout au début. Tout dépend du contenu et du domaine. Pour une newsletter de veille digitale par exemple, deux ou trois par semaine, ce n’est pas dérangeant dans le sens où elle peut devenir pour certain un outil de travail quotidien. Par contre pour un commerce, 2 fois par mois, c’est amplement suffisant !

 

7. Envoyer trop peu d’emailing

Au contraire, n’envoyer qu’une newsletter tous les 6 mois voire même parfois, une fois par an, c’est trop peu ! Vous perdrez le contact avec vos destinataires et passerez pour un inactif. Nous rédigerons probablement un article complet sur les fréquences d’envoi en emailing, car c’est une question que beaucoup se posent quand il s’agit de démarrer un business.

 

8. Être familier voire grossier

Besoin d’une explication ? Mis à part dans le contenu de l’email, ce qui me semble évident (m’enfin par pour tous parfois ! ), je parle surtout ici de votre discours lorsque quelqu’un va répondre à votre campagne emailing. On a tous reçu au moins une fois un « arrêtez de me faire ***** avec vos emails j’en ai marre ! » auquel on a eu envie de répondre « Si t’es pas content, fallait pas t’abonner ! Et y a un lien de désabonnement, benêt (benêt c’est poli, non ?) ! ». Mais non, on ne le fait pas. On désabonne gentiment notre aimable lecteur sans faire de remarque, sinon, c’est votre image qui risque d’en prendre un coup. Et aujourd’hui, avec les réseaux sociaux et cie, le bad buzz va très vite.

 

9. Être suffisant et distant

En anglais, on appelle ça des « Cold Emails ». Des emails « froids »… oui je parle anglais ! Bref, quand je vois un email commençant par « Mme/M. », je me dis d’emblée que ça va mal se passer…

Et quand je vois que le contenu qui suit n’est ni personnalisé, ni ciblé, que RIEN ne me concerne, que c’est signé « L’équipe Untel » avec un « Nous vous prions d’accepter nos très sincères condoléances salutations », je comprends alors que c’est ce genre d’email tout copier/coller envoyé à absolument tout le monde et surtout à n’importe qui dans le but de vendre un produit bidon et complétement inintéressant pour moi.

Un emailing froid quoi, sans aucune chaleur humaine, sans âme, sans forme, gris, désertique… une vraie zone industrielle Dunkerquoise.

 

10. Créer un design trop complexe et illisible

Je parlais donc au-dessus des emails sans aucune forme et complétement vides. Mais il y a presque pire : les emails bourrés de carrés, de lignes, de titres WordArt, de polices différentes avec une couleur de texte par paragraphe, des contenus pas alignés, des images écrasées et étirées pour les faire rentrer dans les carrés en question… Wouaaah ! Quand je vois des emails comme ça je me dis qu’ils ont dû perdre un temps considérable à concevoir un truc aussi riche et élaboré (mais moche) pour RIEN. Faites simple, élégant, classe, et équilibré !

 

11. Mettre trop de texte ou trop d’images

En emailing, on parle souvent de ratio texte/image. Trop d’images dans un email maximise ses chances de passer en spam ! On parle souvent de 60% de texte, 40% d’images. Bon, c’est très général et en vérité on ne peut pas vraiment calculer ce pourcentage. Mais je vous conseille de mettre de belles images quoi qu’il arrive, tant que cela reste raisonnable. Et faites attention au poids de vos images ! Si votre email est lourd il sera soit spammé soit très long à s’ouvrir !

 

12. Oublier la copie web et le lien de désabonnement

Bon, j’en ai parlé un peu plus haut de ceux qui omettent (oups, j’ai oublié !) d’ajouter un lien de désabonnement à leurs emailing. C’est honteux et bien entendu, interdit.

Pour la copie web, même si ce n’est pas aussi grave et que ce n’est pas légalement obligatoire, c’est une partie à ne surtout pas passer à la trappe si vous ne voulez pas perdre une grande partie de votre audimat. Entre 5 et 10% de vos cliqueurs auront cliqué sur ce lien. Pourquoi ? Car la copie web permet de lire l’email directement sur un navigateur et permet à certains d’afficher correctement un email qui serait mal lu en webmail à cause des images ou de la mise en page.

 

13. Oublier de rendre votre emailing responsive

On en a beaucoup, beaucoup parlé, le responsive design n’est plus une mode. Il est temps pour tout le monde d’y passer. On estime que la moitié des emails dans le monde sont lus sur mobile ! Alors munissez-vous d’une solution vous permettant de créer des emails adaptatifs, ou embauchez un webdesigner/intégrateur qui s’occupera de ça pour vous !

 

14. Omettre de tester votre emailing sur plusieurs types de messageries

Alors oui, testez votre emailing avant de l’envoyer. Combien de fois ais-je reçu des emails totalement illisibles ou avec une structure qui part dans tous les sens… Tous les webmails ne gèrent pas de la même manière les mises en forme et parfois, certains contenus ne peuvent même pas être lus. Je pense notamment aux Gifs animés qui peuvent être lus sur très peu de clients mail.

 

15. Envoyez un emailing en oubliant de retirer le mot « TEST »

Tester c’est bien. Ajouter « Test » dans l’objet pour ne pas vous tromper et y voir clair avant d’envoyer, ça peut être utile. Mais surtout, n’oubliez JAMAIS de retirer cette mention qui vous fera passer pour un amateur même pas capable de se relire !

 

16. Oublier de relire et de vérifier les liens

Se relire tiens, parlons-en ! Les fautes d’orthographe dans un emailing, y a rien de pire pour vous décrédibiliser. Un email plein de fautes, ça me fait penser à ces arnaques qu’on reçoit qui se font passer pour notre banque et nous réclame des factures impayées. Alors pensez à vous relire, utilisez un correcteur de grammaire et d’orthographe, faites relire par vos collègues, vos amis, votre voisine ou votre chien, mais ne laissez pas traîner de fautes de grammaire, d’orthographe, de syntaxe, de conjugaison ou de tout autre règle aussi compliquée à écrire qu’à appliquer.

 

17. Passer par votre propre système de messagerie

Oui, bon, alors ça c’est non. Pour envoyer des emails individuels c’est très bien de passer par votre propre messagerie ou par Outlook. Mais pour envoyer une campagne emailing, de la promo, de la newsletter, etc… c’est même pas la peine d’y penser, et pour BEAUCOUP de raisons : gestions de vos listes, de vos blacklists, outils de créations et de mise en forme, retours statistiques, utilisation d’un serveur d’envoi professionnel, personnalisation… et surtout, envoi de masse !

 

18. Ne pas travailler le nom de l’expéditeur ni le pré-header

Ces deux éléments sont indispensables pour donner envie au destinataire d’ouvrir votre email. Un vrai prénom dans le nom d’expéditeur et un pré-header vraiment attrayant sont deux conditions impératives pour susciter l’ouverture mais trop souvent négligées. Finis les pré-header du genre « Afficher cet e-mail dans mon navigateur », ou les expéditeurs comme « Sarbacane Software » ou « Service client ». L’idée est de donner confiance au destinataire !

 

19. Signer par « Toute l’Equipe … » ou pire, ne pas signer

On a déjà évoqué le sujet pas mal de fois mais un petit rappel, ça ne fait jamais de mal. Si vous avez bien compris la nécessité absolue et le besoin de rester chaleureux et humain dans votre discours, vous devez appliquer cette démarche de bout en bout de votre emailing, jusqu’à la signature. Signez-la par un prénom, avec éventuellement une photo, une petite phrase de remerciement et d’ « à bientôt »…

 

20. Négliger les statistiques de retour

Si vous faites les choses correctement comme expliqué ici et que vous utilisez une bonne solution emailing, vous obtiendrez des retours statistiques de cette campagne. Vous devez absolument en tenir compte pour chaque campagne envoyée ! Ces retours vous permettront d’améliorer vos performances sur le long terme. Vérifiez ce qui fonctionne, ce qui marche moins, quel type de contenu préfèrent vos destinataires, etc… et utilisez ces statistiques pour ne pas refaire les mêmes erreurs !

Catégories
Rédiger son contenu

Emailing : comment se préparer pour la rentrée ?

Illu rentree emailingCa y est, la fameuse rentrée est arrivée et il est temps de se remettre au travail. C’est triste mais c’est comme ça ! Le moment est venu de se préparer bien comme il faut pour faire un « back to business » parfait.

Période de consommation favorable, cette période n’est pas à négliger. Au contraire : vos clients sont de retour. Que ce soit pour la rentrée des enfants, les plaisirs des parents ou les prochains week-ends à programmer, les offres et les promotions concernent tous les secteurs d’activités.

Aujourd’hui, je vous propose quelques conseils pour bien entamer l’année en termes de stratégie email marketing.

 

Faites le point

Oui bon, je sais qu’on a connu plus percutant comme intro, mais c’est un point capital. Faites un bilan global de la stratégie emailing que vous avez employée cette année. Quels ont été vos taux d’ouverture moyens ? Quels sujets ont le mieux marché ? Quelle campagne n’a pas du tout intéressé ?

Si vous le pouvez, faite un rapport rapide sous forme de courbe comparant vos taux d’ouverture et vos taux clics durant l’année, et constatez les périodes fortes et les périodes creuses.

En fait, vous devez rassembler toutes les informations et statistiques possibles pour faire une analyse correcte de votre stratégie. Et pour ça, vous avez de la chance : l’emailing est le seul canal de communication qui permet de tels retours.

Une fois ce rapport préparé, posez-vous la même question à chaque fois : pourquoi ? Vous comprendrez vite de vous-même que certaines thématiques ne sont pas vraiment à garder pour la suite, mais qu’en revanche, certains sujets ont passionné vos lecteurs. Et une fois que vous aurez trouvé ces points-là, vous pourrez passer à la suite.

 

Allez plus loin

Maintenant que vous avez cerné les attentes de vos clients et prospects, vous avez une vision assez précise des points sur lesquels rebondir.

Par exemple, il est toujours intéressant de prolonger ou de relancer une offre qui a plu et qui a marché, et non pas, comme certains le pensent, de relancer une offre qui n’a pas généré grand-chose pour « rattraper le coup ». Ce serait gâcher du temps, de l’argent et de l’énergie pour une cause perdue.

Vous observerez peut-être également que certaines campagnes n’ont ni vraiment marché, ni vraiment raté. C’est peut-être parce que vous n’êtes pas allé au bout de vos idées ! Il serait intéressant de retenter le même type de campagne mais en rectifiant certains défauts. Et cela peut aller de l’objet au nombre de Call-to-Action, en passant par le jour et l’heure d’envoi…

Bien entendu, et vous le savez maintenant, ce n’est pas une science exacte. Alors restez pragmatiques, et pensez vos newsletters comme si elles vous étaient destinées.

 

N’ayez pas peur du changement

Alors attention, je ne vais pas vous dire que vous devez changer votre façon de faire du marketing. Si vous pensez être sur la bonne voie, restez-y ! Non, ici je parle plutôt de changements purement liés à la forme et l’esthétique de vos emails et de vos newsletters.

Quelques petites modifications dans la structure, quelques changements de couleurs… Rien qui puisse gêner les habitudes de vos lecteurs en soit, mais le fait d’apporter un peu de fraîcheur est toujours bénéfique.

Cela montre déjà que vous avez la capacité d’évoluer et que votre activité bat son plein. Mais le visuel n’est pas qu’un simple apport esthétique et superficiel : il reflète toute la personnalité de votre entreprise et surtout, il a cette capacité à rendre intéressant ou pas un contenu du premier coup d’œil.

Cela ne vous est jamais arrivé de quitter un site ou de fermer une page web quasi instantanément après avoir vu son design ? Et ce, sans même avoir lu une phrase ? Un design qui change (en bien !), c’est l’assurance de conserver l’attention de vos lecteurs. Et puis, les tendances changent très vite ! A ce propos, vous pouvez retrouver ici l’interview de Florent, webdesigner chez Sarbacane, qui vous parle des tendances actuelles en matière de web design et qui vous conseille sur l’allure de vos newsletters.

Enfin, apporter quelques retouches à sa newsletter, c’est en quelque sorte un petit plaisir. Et cela sera bénéfique… pour vous ! Les nouveautés apportent les nouveautés ! Vous verrez qu’avec un nouveau template, vous sentirez un vent de renouveau vous porter et vous inspirer pour être plus créatif et rédiger des contenus toujours plus pertinents !

 

Acceptez les erreurs, on en fait tous !

Si à la fin de cet article vous vous dites « totalement inutile, mes emailing sont très bien comme ça, je ne vais pas perdre mon temps à tout changer », eh bien vous avez malheureusement tort. Mais c’est une réaction totalement compréhensible ! Lorsque l’on a passé du temps à la réflexion, à la rédaction, à la conception et à l’envoi, pour qu’on nous dise qu’il faut se pencher dessus de nouveau… c’est normal.

Mais pour autant, je n’aurai de cesse de vous conseiller d’accepter vos potentielles erreurs. Et personne, personne ne peut dire qu’il n’en fait jamais. Une stratégie marketing, c’est un chantier permanent !

En matière d’emailing, il y a énormément de chose à essayer. Des objets plus originaux, des symboles, des images plus percutantes, des textes placés différemment, des CTA plus attrayants, un ton plus décalé, une personnalisation plus poussée… Les possibilités sont nombreuses et ce n’est pas possible que vous en ayez fait le tour.

Pensez à toujours tester de nouvelles choses et acceptez d’avoir fait des erreurs. Voyez la rentrée comme l’opportunité de repartir sur de nouvelles bases, mais en tirant des leçons de votre expérience !

Avant d’envoyer votre campagne

Voici quelques petits rappels pour ne pas faire d’erreur au moment d’envoyer votre emailing de rentrée :

 

Mettez en avant les produits
Il est important d’apporter des beaux visuels afin que le destinataire puisse visualiser en un coup d’œil les différentes gammes et produits proposés. Les photos influenceront en grande partie sur la réussite de votre campagne emailing, il est indispensable de bien les choisir.

Montrez les nouveautés
La rentrée et la saison automne/hiver sont propices à la sortie de nouveaux produits et souvent l’arrivée d’une nouvelle collection. Servez-vous de ces nouveautés pour fidéliser vos clients ou attirer vos prospects.

Indiquez les prix
Que vous proposiez une promotion ou non, dans les emails de rentrée, il est important d’indiquer le prix de chaque produit ou un ordre de tarif « A partir de… ».

Optimisez le bouton d’appel à l’action
Le bouton d’appel à l’action amène votre destinataire sur votre site Internet. On ne le dira jamais assez : ne le négligez pas ! Que ce soit par sa forme, sa couleur ou sa formulation, le bouton doit être visible et doit donner envie au destinataire de cliquer sur votre site Internet.
« Je craque », « Je découvre », « Vite j’en profite », « Je fonce »… Trouvez la formulation qui convient le mieux à vos destinataires. Retrouvez notre article sur le sujet : Call-to-action : sortez des formules traditionnelles.

 

Et si vous possédez un point de vente, n’oubliez pas de l’indiquer !

Quelques exemples :

Maison

Rentree