Logo

Le superblog de l'email marketing Le blog emailing de référence par Sarbacane: retrouvez toute l'info de l'email marketing sur emailing.biz
No-Spam Woman
Par
Elle est l’experte absolue de la technique, toujours présente pour vous aider à optimiser vos newsletters et à combattre le spam.
le 13 novembre 2018 | 0 commentaire

Listes noires, Spam : quels risques pour vos emailings et comment protéger votre réputation ?

Il n’y a pas pire emailing que celui qui n’atteint pas sa cible.

 

Il est donc essentiel d’avoir un taux de délivrabilité élevé sur vos campagnes. Toutefois, certains destinataires n’acceptent pas vos emailings, sans raisons précises, vous vous retrouvez en liste noire et vos emailings ne sont plus délivrés correctement. Nous allons voir dans cet article comment éviter les listes noires et pièges à spam.

 

Les bounces, sont des emailings qui n’atteignent pas vos destinataires pour différentes raisons. Les “soft bounces” sont des erreurs temporaires comme une messagerie pleine ou un serveur indisponible et surchargé. Les emailings sont dans ce cas délivrés à posteriori. En revanche, les “hard bounces” sont eux des erreurs définitives comme des NPAI, à ne pas négliger !

 

Pour différencier un “soft bounce” d’un “hard bounce”, il faut jeter un œil sur le code envoyé par le serveur de messagerie du destinataire. S’il débute par un 4, il s’agit alors d’un “soft bounce”. S’il débute par un 5, il s’agit d’un “hard bounce”, soit une erreur définitive. Si cela est lié à une faille technique, il se peut que cela soit rétabli et que l’adresse email soit de nouveau disponible.

 

Nombreux sont ceux qui pensent pouvoir passer outre les “hard bounces”.

C’est une mauvaise pratique car beaucoup de FAI (fournisseurs d’accès internet) et solutions anti-spam prennent en considération le taux des emails considérés comme “hard bounce” (bounce rate). Si ce taux est élevé, cela signifie que l’expéditeur n’a pas une liste de contact bien administrée, ou envoi du spam. Il peut être directement bloqué par les FAI. Prenez donc bien le temps de :

 

  • Garder vos listes de contact bien travaillées et excluez immédiatement vos bounces, ou laissez votre outil emailing les retirer automatiquement. Au plus tard, après le 3ème bounce, le contact doit réellement disparaître de votre liste de diffusion
  • Si vous n’êtes pas certain qu’il s’agisse d’un hard ou soft bounce : enlevez-les de votre liste de contact
  • Veillez à ce que votre taux de rebond ne soit pas supérieur à 1%

 

Si vous gardez vos listes parfaitement triées, et retirez rapidement vos hard bounces des listes de diffusion de campagne, vous pensez que vous êtes tiré d’affaire ?

Et bien détrompez vous ! Il y a toujours des pièges à spam, comme des adresses email utilisées par les FAI et opérateurs de liste noire pour identifier les spammeurs. Un des pièges les plus courant est la désactivation d’une adresse email. 6 à 12 mois après sa désactivation, cette adresse email peut être réactivée en tant qu’adresse spam. En effet, puisqu’aucune communication n’a été adressée depuis un certain temps, les FAI et opérateurs de listes noires supposent que l’expéditeur est spammeur, il est donc automatiquement mis sur liste noire.

 

Les « pristine spam traps », autrement dit les pièges à spams primaires sont des adresses email qui n’ont jamais été sollicitées, mais uniquement utilisée comme un leurre sur Internet. Ces adresses sont considérées comme des adresses intactes, elles sont détectées par des programmes automatiques de recherche d’adresse email, qui sont ensuite vendues.

 

Mais comment éviter la case liste noire pour vos emailings ?

Une fois présent sur une liste noire, il est difficile d’en sortir. Que faire pour éviter d’atterrir en liste noire ?

Découvrez quelques conseils :

 

  • N’achetez jamais des listes de contacts

Il faut absolument éviter d’envoyer des emailings à des bases de contact achetées. En effet, cela ne respecte pas les nouvelles règles sur la protection des données, va nuire à terme à votre délivrabilité et vous faire atterrir en liste noire.

 

  • N´envoyez plus d’emailings à vos hard bounces

Pensez à retirer les hard bounces de vos listes de contact rapidement. Les adresses non-valides, bien qu’elles soient parfois réactivées, peuvent être considérées comme piège à spam. Vous serez ainsi contraint d’être catégorisé en liste noire. Surveillez votre taux de rebond. Les FAI peuvent penser que vous êtes un spammeur. Ils peuvent ainsi décider de ne plus délivrer vos emailings.

 

  • Attention à vos contacts inactifs

Faites attention aux destinataires qui ne répondent pas à vos emailings. Il peut parfois s’agir de piège à spam sans réel destinataire derrière. Cela peut toutefois s’agir de destinataires qui ne sont pas intéressés par votre contenu, voire pire, sont agacés et vous mettent en dossier spam. Dans tous les cas, cela nuit à votre réputation en tant qu’expéditeur.

 

  • Pensez à communiquer fréquemment

Nous l’avons décrit précédemment, les contacts auprès de qui vous n’avez pas adressé des emailings depuis plus de 6 mois peuvent devenir des pièges à spam sans que vous le sachiez. En effet, pendant votre absence de communication, vous n’avez pas enregistré de hard bounce. C’est pourquoi il est important d’avoir une bonne fréquence de communication pour éviter cela.

 

Article invité, rédigé par la CSA

La Certified Senders Alliance, projet de liste blanche de l’association du commerce électronique eco e.V. en coopération avec l’association allemande du dialogue de marketing (DDV), exige dans ses critères un taux de rebond maximal de 1%. Afin que le traitement des rebonds ne devienne pas un problème, les experts de la CSA vous conseillent également d‘utiliser toujours la procédure de double opt-in pour enregistrer de nouveaux destinataires. Retrouvez les critères d’admission de la CSA

Tags: